En ce moment Écouter la radio

Débat sous haute tension en perspective à l’Assemblée nationale sous fond de guerre en Israël

France.

Débat sous haute tension en perspective à l’Assemblée nationale sous fond de guerre en Israël
L'Assemblée nationale - DR

Le gouvernement viendra ce lundi, à partir de 16 heures, réaffirmer sa position dans le conflit entre Israël et le Hamas devant les députés, à la veille d’un déplacement d’Emmanuel Macron à Tel-Aviv. Ce débat sans vote, organisé au titre de l'article 50-1 de la Constitution, promet d’être chahuté, bien que le gouvernement ait dit espérer que «l’esprit d’unité et le sens des responsabilités prévaudront».

Cazeneuve regrette que la gauche ne se soit pas associée au déplacement de Braun-Pivet en Israël

Après le déplacement de Yaël Braun-Pivet en Israël, Bernard Cazeneuve (ex-PS) a estimé sur Franceinfo qu’«il eut été préférable que la voix de la France s'exprime seulement par la voix du président de la République». Il a toutefois fustigé la gauche, qui n’a pas souhaité faire partie du voyage: «À partir du moment où un déplacement est organisé par l’Assemblée nationale, il aurait été normal que l'ensemble des formations politiques s'y associe.»

Après le déplacement de Yaël Braun-Pivet en Israël, Bernard Cazeneuve (ex-PS) a estimé sur Franceinfo qu’«il eut été préférable que la voix de la France s'exprime seulement par la voix du président de la République». Il a toutefois fustigé la gauche, qui n’a pas souhaité faire partie du voyage: «À partir du moment où un déplacement est organisé par l’Assemblée nationale, il aurait été normal que l'ensemble des formations politiques s'y associe.»

 Olivier Faure du PS accuse Israël sans vergogne 

«Je ne peux pas comme le chef de l'État être dans un soutien inconditionnel à Israël», alors que le gouvernement de Benyamin Netanyahou est «complètement aux mains des suprémacistes religieux, de l'extrême droite», a déjà critiqué le premier secrétaire du PS Olivier Faure. Les quatre partis de la Nupes – ou ce qu’il reste de l’alliance – devraient demander un «cessez-le-feu pour les civils» à Gaza et la levée du blocus pour laisser passer l’aide humanitaire. La majorité présidentielle compte, elle, défendre la ligne d’Emmanuel Macron, explique le patron de Renaissance Sylvain Maillard: «Israël a le droit de se défendre [...] face aux attaques terroristes, mais Israël doit respecter le droit humanitaire.»

Le porte-parole du gouvernement Olivier Véran a renvoyé dos à dos le RN et LFI, dans un entretien sur France 2, pointant leurs ambiguïtés vis-à-vis de la communauté juive

«Vous avez à l'extrême droite des gens qui vont condamner l'antisémitisme quand c'est à l'extrême gauche ou chez les islamistes. Et puis vous avez l'extrême gauche qui va condamner l'antisémitisme lorsqu'il provient de l'extrême droite», analyse-t-il. Et de déplorer l'incapacité de ces formations à reconnaître leur propre antisémitisme: «Lorsqu'il s'agit de regarder chez soi, que ce soit à l'extrême droite ou à l'extrême gauche, plus personne n'a les yeux en face des trous.» 

Polémique sur Braun-Pivet: Mélenchon dénonce une «absurde police des mots» pour se défendre de sa nouvelle sortie flirtant avec l’antisémitime

«Et maintenant elle attribue au mot "camper" un contenu antisémite.» Jean-Luc Mélenchon dénonce une «absurde police des mots» après la polémique sur ses propos critiquant le déplacement de la présidente de l’Assemblée nationale, Yaël Braun-Pivet, en Israël. Dimanche, le leader de LFI écrivait que «Madame Braun-Pivet campe à Tel Aviv pour encourager le massacre». Des propos condamnés par une large partie de la classe politique ce lundi matin, Yaël Braun-Pivet s’étant dite «choquée».

Pour Jean-Luc Mélenchon, il s’agit d’une «pitoyable diversion pour détourner l’attention de sa grave faute politique» en étant allée à Tel-Aviv, estimant que la présidente de l’Assemblée est «apologiste du 'soutien inconditionnel au gouvernement d’Israël'» et est «revenue sans un mot de compassion pour les populations enfermées à Gaza».

La présidente de l’Assemblée va diriger les débats ce mardi où ne sera pas présent l’incendiaire Mélenchon

«Je n’ai jamais dit que je soutenais de façon inconditionnelle le gouvernement d’Israël, mais je soutiens de façon inconditionnelle l’existence d’Israël», a pourtant rappelé Yaël Braun-Pivet sur France Inter ce matin. «Israël a le droit de se défendre face à ces attaques terroristes [...], dans le respect du droit international et du droit humanitaire», a-t-elle ajouté, appelant par ailleurs à soutenir l’aide humanitaire à Gaza pour «secourir [les] populations innocentes qui souffrent» de la guerre.

Michel Zerbib

 

Newsletter

Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

Inscrivez vous à la newsletter
La météo locale
Chabbat Balak - 19/20 Juillet
Débat sous haute tension en perspective à l’Assemblée nationale sous fond de guerre en Israël