En ce moment Écouter la radio

WaterGen à Gaza, chronique de Jean-François Strouf

Israël.

WaterGen à Gaza, chronique de Jean-François Strouf
Générateur d'eau à partir de l'air à Gaza - Autorisation

Informer sur ce que fait Israël en matière de Tikoun Olam, de réparation du monde, c’est aussi cela l’acte de solidarité. Et puisqu’un débat a été engagé sur la nécessité de subvenir aux besoins en eau de la population de Gaza, je voudrais dire à tous les vertueux commentateurs qui cherchent à distribuer les bons et les mauvais points et à dire que tout se vaut : VOUS N’AVEZ PAS FAIT SERIEUSEMENT VOTRE TRAVAIL DE RECHERCHE DE L’INFORMATION. Moi je l’ai fait !

Nous avions déjà traité comment, dans de nombreux pays du monde, des start up israéliennes, à la pointe du progrès technologique, ont été en mesure d’aider à la production d’eau. Et nous avions ainsi parlé de WaterGen, une startup israélienne qui est capable de capter l’humidité de l’air pour en faire de l’eau. La production d'eau potable à partir de l'humidité de l'air (AWG) est l'une des solutions d'extraction d'eau les plus importantes et innovantes disponibles aujourd'hui, utilisée pour résoudre le problème croissant de l'épuisement des niveaux d'eau potable dans le monde. D’ici dix ans, on estime que 50 % de la population mondiale vivra dans des zones sans accès à une eau potable propre, fraîche et salubre.

Je vais citer les sources qui en parlent à partir de ce qu’ins avaient pu observer dans la bande de Gaza entre  janvier 2021et novembre 2022 : des articles  du Figaro, de Géo et de France info.

France Info 7 janvier  2021 : Dans la bande de Gaza, une start-up a trouvé le moyen de transformer l'air en eau potable. Le générateur ressemble à un énorme cube de métal. Il est installé pour le moment sur le toit de la mairie de la ville de Khan Younes à Gaza. Il capte l’humidité dans l’air, la condense via un processus de réchauffement. Ensuite, le générateur va filtrer l’eau et la rend potable sans arrière-goût douteux. Cette machine - branchée sur des panneaux solaires - peut ainsi produire jusqu’à 6 000 litres d’eau potable par jour quand le taux d’humidité est élevé, ce qui est souvent le cas à Gaza. Mais ce qui est encore plus particulier, c’est que cette technologie vient d’une entreprise israélienne. C’est assez singulier dans ce territoire contrôlé par le Hamas qui a affronté les Israéliens dans trois guerres depuis 2008. Pour le patron de Water Gen, le projet est une manière d’aider, à sa façon, les Gazaouis : "Quand j’ai entendu parler pour la première fois de la grave crise de l'eau potable à Gaza, j'ai immédiatement demandé à mon équipe comment on pouvait fournir à la population nos appareils afin d'aider." Assez naïvement, le patron de cette société espère voir dans cette initiative la fin de la spirale négative des relations entre Israël et Gaza mais autant dire qu’il faudra bien plus que ces générateurs d’eau pour y parvenir. Cette technologie pourrait être le début d’une petite révolution  à Gaza Dans ce micro-territoire de deux millions d’habitants, il y a une pénurie chronique d’eau potable, et seulement 3% de l’eau potable répond aux normes internationales. Les Nations unies ont d’ailleurs prédit l’an dernier, dans un rapport, que Gaza commencerait à être invivable à partir de 2020 si cela continue. L’eau potable est puisée dans le sol depuis trop longtemps. La pression démographique sur le territoire accroît la pression sur l'aquifère, la seule ressource en eau. Surexploité, il s’est depuis rempli d’eau de la mer Méditerranée. Résultat, l’eau ne sert qu’à laver les vêtements. Elle est trop salée pour être bue et pour un usage agricole.

Jean-François Strouf

Newsletter

Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

Inscrivez vous à la newsletter
La météo locale
Chavouot - 11/12/13 Juin
WaterGen à Gaza, chronique de Jean-François Strouf