En ce moment Écouter la radio

JO 2024 : La France a le droit d’interdire le hijab pour les athlètes Françaises selon les règles olympiques

International.

JO 2024 : La France a le droit d’interdire le hijab pour les athlètes Françaises selon les règles olympiques
Sportive en hijab - DR

L'interdiction pour les sportives sélectionnées en équipe de France de porter le voile pendant les Jeux Olympiques 2024 de Paris ne s'oppose pas aux règles olympiques.

La polémique lancée par les hijabeuses qui voulaient jouer voilées

Le collectif des «hijabeuses» s’étaient attaquées au règlement de la Fédération française de football leur interdisant de jouer voilées au football en compétition. La plus haute juridiction administrative française a répondu en décidant le 29 juin de maintenir cette proscription. Mais les sages du Palais Royal sont allés un peu plus loin dans leur arrêt en précisant le statut des sportives et sportifs sélectionnés en équipe de France. Le Conseil d'Etat a en effet assuré que le principe de neutralité s'appliquait non seulement aux agents des fédérations sportives délégataires de service public, mais aussi aux «personnes que la Fédération sélectionne dans les équipes de France».

La ministre des sports rappelle l’attachement de la France à une laïcité stricte

Une clarification qu'a rappelée la ministre française des Sports Amélie Oudéa-Castéra lors d'une émission télévisée le 24 septembre. Soulignant l'attachement du gouvernement «à un régime de laïcité stricte, appliqué strictement dans le champ du sport», elle a ajouté que cela signifiait «l'interdiction de toute forme de prosélytisme. Ça veut dire la neutralité absolue du service public, donc que les représentants de nos délégations, dans nos équipes de France, ne porteront pas le voile».

Cette mise au point de la ministre ne concerne que les sportives de l'équipe de France, et en aucun cas les sportives des délégations étrangères qui seront présentes à Paris pour les JO. Chaque pays fixe lui-même le cadre de sélection de ses athlètes. Une fois les sportives sélectionnées dans leurs équipes nationales, c'est ensuite dans le cadre des compétitions par sport que la question du port du hijab peut se poser. Dans le village olympique, les athlètes peuvent librement porter le hijab. Une liberté dont pourraient cependant ne pas forcément jouir les sportives françaises.

L’ONU contre la position française 

Deux jours après la déclaration de la ministre des Sports, l'ONU s'est clairement démarqué de la position française, rappelant par la voix de la porte-parole du Haut-Commissariat aux droits de l'homme, Marta Hurtado, son opposition de principe au fait d'imposer aux femmes ce qu'elles doivent ou non porter. 

Pour la Fédération sportive de solidarité islamique (ISSF), basée à Ryad en Arabie saoudite et forte de 57 pays membres majoritairement musulmans, le voile est «un aspect de l'identité de nombreuses femmes musulmanes» et doit «être respecté». Selon l'ISSF, l'interdiction française pourrait empêcher certaines athlètes musulmanes françaises de participer aux JO. La France est largement isolée sur cette question mais tient bon. C’est la nature de sa démocratie.

Michel Zerbib

Newsletter

Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

Inscrivez vous à la newsletter
La météo locale
Chabbat Nasso - 14/15 Juin
JO 2024 : La France a le droit d’interdire le hijab pour les athlètes Françaises selon les règles olympiques