En ce moment Écouter la radio

Tapis rouge palestinien pour l'Arabie Saoudite

Israël.

Tapis rouge palestinien pour l'Arabie Saoudite
Le prince héritier saoudien, Mohammed Ben Salmane - Capture d'écran vidéo

La normalisation avec l'Arabie Saoudite n'intéresse pas seulement Israël et les Etats-Unis. L'Autorité Palestinienne veut être partie prenante au processus et le 26 septembre, elle déroulé le tapis rouge à Nayef al Soudaïri, premier ambassadeur non-résident de l'Arabie Saoudite auprès de l'Autorité Palestinienne, venu remettre ses lettres de créances à Mahmoud Abbas. Le diplomate est aussi ambassadeur en Jordanie, où il réside et il a également le titre de consul général d'Arabie Saoudite à Jérusalem. Un statut évidemment virtuel sans un accord d'Israël. Il n'est pas le seul diplomate auprès de l'Autorité Palestinienne, mais il est probablement le seul à avoir été reçu comme un véritable chef d'Etat. Et on comprend pourquoi. Al Soudaïri sera le principal intermédiaire entre Ramallah et Riyad dans le processus de normalisation engagé entre l'Arabie Saoudite et Israël. Un processus dont cette fois, le chef de l'Autonomie a bien l'intention d'être un des acteurs. C'est que l'Arabie Saoudite n'est pas n'importe quel Etat arabe. La monarchie du Golfe est en train de reconquérir sa place de première puissance du monde sunnite et l'Autorité Palestinienne comprend qu'elle a une carte à jouer dans la partie. D'autant que c'est l'Arabie Saoudite qui avait été à l'origine de l'Initiative de paix de la Ligue Arabe au début des années 2000. Un texte qui prévoyait que le règlement du conflit israélo-palestinien avec la création d'un Etat palestinien ayant Jérusalem pour capitale, le retour d'Israël aux frontières d'avant 1967 et le règlement du statut des réfugiés palestiniens, mettrait aussi un terme au conflit entre Israël et le monde arabe.

Une des conditions posées par l'Arabie Saoudite pour la normalisation avec Israël, c'est d'ailleurs la création d'un Etat palestinien et  Mahmoud Abbas veut être sûr que de la part de Riyad, ça ne s'arrêtera pas à une déclaration et que les Saoudiens iront jusqu'au bout. Mais dans le même temps, le leader palestinien ne veut pas les braquer et surtout éviter tout dérapage qui pourrait tout faire capoter. Et ça commence par vendre au public palestinien le plan de normalisation en rappelant que l'Arabie Saoudite a toujours été un allié des Palestiniens. Et lors de la visite de Nayef al Soudaïri, le 26 septembre, les médias de Ramallah ont pris soin de dérouler toute l'histoire des relations, en remontant jusqu'au grand-père du prince héritier Mohamad bin Salman. Sans oublier d'ailleurs que l'Arabie Saoudite avait envoyé un contingent en Jordanie pour combattre Israël en 1967. Et le nouvel ambassadeur saoudien a réaffirmé à Mahmoud Abbas que la création d'un Etat palestinien serait un élément central de tout accord de normalisation avec Israël.

Une normalisation qui avance lentement et surtout prudemment du côté des Saoudiens. Après sa visite à Ramallah, l'ambassadeur saoudien prévoyait de se rendre à Jérusalem, sur l'esplanade du Mt du Temple. Mais il y a finalement renoncé pour deux raisons. D'abord parce que ça inquiétait énormément Mahmoud Abbas, qui redoutait des incidents lors de l'arrivée du diplomate à la mosquée Al Aqsa, vu les messages hostiles qui circulaient sur les réseaux sociaux palestiniens. Et puis les Saoudiens ont compris de leur côté qu'il ne fallait pas aller trop vite, car ce projet est aussi très critiqué dans le royaume sunnite. C'est aussi pour cela que Riyad a fait profil bas sur la première visite cette semaine du ministre israélien du Tourisme, qui venait participer à une conférence internationale sur le tourisme organisé par l'Onu à Riyad.

Pascale Zonszain

Newsletter

Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

Inscrivez vous à la newsletter
La météo locale
Chabbat 'Houkat - 12/13 Juillet
Tapis rouge palestinien pour l'Arabie Saoudite