En ce moment Écouter la radio

Guerre dans le Haut-Karabakh : plus de 13.000 réfugiés ont fui en Arménie

International.

Guerre dans le Haut-Karabakh : plus de 13.000 réfugiés ont fui en Arménie
La situation au Haut-Karabakh inquiète les instances - Capture d'écran vidéo

Malgré la promesse du président azéri Ilham Aliev que les droits des Arméniens dans cette enclave conquise par son armée seraient «garantis», ils sont des milliers à fuir. La situation humanitaire est catastrophique et la crainte d’un massacre grandit de jour en jour.

Près d'une semaine après l'offensive éclair et victorieuse menée par l'Azerbaïdjan au Haut-Karabakh, des milliers de réfugiés fuient vers l’Arménie. Lundi soir, en plein exode, un dépôt de carburant a explosé dans l'enclave, faisant au moins 20 morts et 280 blessés.

La fuite des civils arméniens qui ne croient pas à la promesse du président de l’Azerbaïdjan aux côtés de son homologue turc

Au moins 13 000 personnes venant du Nagorny Karabakh ont fui en Arménie, près d'une semaine après l'offensive éclair et victorieuse menée par l'Azerbaïdjan dans cette région sécessionniste du Caucase majoritairement peuplée d'Arméniens. Mardi, le gouvernement arménien a annoncé en avoir accueilli plus de 13.000, alors que des centaines de véhicules faisaient encore route vers ce pays, selon l'AFP.

Ces civils fuient malgré la promesse de l'Azerbaïdjan, réitérée lundi par son président Ilham Aliev, que les droits des Arméniens dans cette enclave conquise par son armée seraient «garantis». Il s'exprimait au côté de son homologue turc Recep Erdogan, acteur clef dans la région, quelques jours seulement après la victoire des soldats azerbaïdjanais contre les troupes de la «république» autoproclamée du Nagorny Karabakh, une région en majorité peuplée d'Arméniens, rattachée en 1921 à l'Azerbaïdjan par le pouvoir soviétique.

L’Union européenne reçoit des représentants des deux pays, anciennes républiques de l’Union Soviétique 

L'Union européenne doit recevoir mardi à Bruxelles de hauts représentants de l'Arménie et de l'Azerbaïdjan, deux anciennes républiques soviétiques qui se sont affrontées militairement au Haut-Karabakh de 1988 à 1994 (30 000 morts) et à l'automne 2020 (6 500 morts). Le bilan de l'invasion éclair de la semaine dernière est de 200 morts, selon la partie arménienne. L'Azerbaïdjan s'est engagé à permettre aux rebelles qui rendraient leurs armes d'aller en Arménie. L’angoisse règne parmi les quelque 120 000 habitants de la région, la situation humanitaire y demeure très tendue. 

Lundi soir, en plein exode, un dépôt de carburant a explosé dans l'enclave, faisant au moins 20 morts et 280 blessés, ont annoncé mardi les autorités séparatistes, qui ont demandé une assistance extérieure urgente pour faire face à cette catastrophe. Vingt personnes sont mortes, dont treize non identifiées. Les corps des victimes non identifiées vont être soumis à des analyses médico-légales, selon les Arméniens du Haut-Karabakh.

Michel Zerbib

Newsletter

Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

Inscrivez vous à la newsletter
La météo locale
Chabbat Pin'has - 26/27 Juillet
Guerre dans le Haut-Karabakh : plus de 13.000 réfugiés ont fui en Arménie