En ce moment Écouter la radio

"Nous nous sommes trompés sur Yasser Arafat", admet l'ancien négociateur américain Dennis Ross

International.

"Nous nous sommes trompés sur Yasser Arafat", admet l'ancien négociateur américain Dennis Ross
L'ancien négociateur américain, Dennis Ross - X

Vingt-cinq ans trop tard, l'ancien envoyé américain au Moyen-Orient, Dennis Ross, a admis que lui et d'autres responsables de l'administration Clinton avaient eu tort de s'abstenir de dénoncer le refus de Yasser Arafat de combattre les terroristes.

S'exprimant dans le cadre d'un webinaire du Washington Institute for Near East Policy sur « Oslo à 30 ans », Ross a déclaré que lorsque le terrorisme arabe palestinien s'est poursuivi après la signature de l'accord d'Oslo, « notre réponse n'aurait pas dû être simplement rhétorique, nous aurions dû dire : Arafat, « si nous ne vous voyons pas agir, nous allons arrêter le processus – vous devez nous démontrer que vous combattrez le terrorisme, vous devez cesser de traiter les arrestations de sécurité comme s’il s’agissait d’une porte tournante ».

Mais les responsables américains n’ont jamais dit une chose pareille à Arafat. Lorsqu’il laissait les terroristes se déplacer librement, lorsqu’il prononçait des discours sur le « Jihad », ils ne prononçaient que de brèves et douces réprimandes rhétoriques. Les États-Unis ont continué à envoyer à Arafat 500 millions de dollars chaque année. Il n’a jamais subi de conséquences pour son comportement et n’a donc jamais été incité à y mettre un terme.

La déclaration de Ross n’est que la dernière d’une série d’aveux trop peu, trop tard, de la part de responsables américains selon lesquels leur approche à l’égard d’Israël et des Arabes palestiniens était erronée. Très mal.

Ross avait précédemment admis que lorsqu’il était l’un des principaux collaborateurs de la secrétaire d’État de l’époque, Hillary Clinton, en 2009, il avait fait pression sur Israël pour qu’il laisse le Hamas apporter du béton à Gaza.

Voici comment Ross a rappelé cet épisode : « Je me suis disputé avec les dirigeants israéliens et les responsables de la sécurité, leur disant qu'ils devaient autoriser davantage de matériaux de construction, y compris le ciment, à Gaza afin que des logements, des écoles et des infrastructures de base puissent être construits. Ils ont rétorqué que le Hamas en ferait un mauvais usage, et ils avaient raison. »

Cet aveu est arrivé cinq ans trop tard. Grâce à la pression de Ross, le Hamas a construit « un labyrinthe de tunnels souterrains, de bunkers, de postes de commandement et d'abris pour ses dirigeants, ses combattants et ses roquettes », comme l'a reconnu Ross. Ils ont construit les tunnels avec « environ 600 000 tonnes de ciment », dont une partie « détournée des matériaux de construction autorisés à entrer à Gaza ». ( Washington Post , 8 août 2014)

Gabriel Attal

Newsletter

Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

Inscrivez vous à la newsletter
La météo locale
Chabbat Pin'has - 26/27 Juillet
"Nous nous sommes trompés sur Yasser Arafat", admet l'ancien négociateur américain Dennis Ross