En ce moment Écouter la radio

Benyamin Netanyahou accuse les manifestants anti-refonte de « joindre leurs forces à l’OLP et à l’Iran », l’opposition en Israël outrée

Israël.

Benyamin Netanyahou accuse les manifestants anti-refonte de « joindre  leurs forces à l’OLP et à l’Iran », l’opposition en Israël outrée
Le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou - Haïm Zach/GPO

Le Premier ministre a affirmé vivement que les opposants au plan de refonte du système judiciaire "calomnient Israël".

Benjamin Netanyahu a décollé, lundi en tout début de matinée, pour se rendre aux États-Unis

C’est un voyage très attendu du numéro un israélien qui a attendu que la fête de Rosh HaShana se  termine pour partir dans ce voyage diplomatique de grande importance à l’Assemblée générale des Nations Unies.

Netanyahu a déclaré aux journalistes, avant d’embarquer, qu’il avait l’intention de souligner, lors de ses prochaines rencontres avec les leaders du monde et dans son discours à l’Assemblée générale des Nations unies, que l’Iran « contrevient à tous ses engagements » dans son programme nucléaire, « élargissant ses agressions dans la région ».

Des manifestants à Ben Gourion et aussi à son arrivée aux Etats Unis : "Pars et ne reviens pas"

Plusieurs centaines de manifestants étaient présents à l’aéroport international Ben Gurion pour le départ du Premier ministre – certains scandant à Netanyahu « Pars et ne reviens pas ».

S’adressant aux journalistes avant son départ, Netanyahu s’en est vivement pris aux manifestants dont le mouvement de protestation massif contre sa reforme judiciaire est entré dans son neuvième mois, les accusant de « joindre leurs forces à celles de l’OLP et de l’Iran » dans leurs activités – qui sont « anti-israéliennes ». « Tous ceux qui organisent les manifestations le font avec beaucoup d’argent, avec des rassemblements qui sont soutenus au niveau financier.

«  Avec ces manifestations, bloquer des routes est dorénavant normal ; refuser de servir dans l’armée et dans la réserve est dorénavant normal et Israël est calomnié aux yeux du monde », lance Benyamin Netanyahou

«  Cela leur semble normal. J’étais chef de l’opposition et je n’ai jamais diffamé Israël dans le monde », a commenté le Premier ministre en évoquant le mouvement de protestation massif contre son gouvernement.

Les réactions indignées de l’opposition en Israël 

Les propos de Netanyahou ont été vivement critiqués par les politiciens de l’opposition qui ont affirmé que c’était les actions du gouvernement de la ligne dure de Netanyahou – et non les manifestants – qui aidaient les ennemis du pays.

« Personne n’a davantage détruit notre image dans le monde que Netanyahu, ces derniers mois », a réagi Lapid. « Personne n’aide autant les Iraniens que le coup d’état de ce gouvernement. Ses accusations contre les patriotes qui manifestent sont une preuve supplémentaire des graves troubles de son jugement et de sa manière de percevoir la réalité », a déclaré le leader de l’opposition, Yair Lapid, du parti Yesh Atid.

Le chef du Camp National, Benny Gantz, a souligné que Netanyahou avait causé « des dégâts énormes » dans la société israélienne par sa conduite.

« Cette attaque de Netanyahou, qui accuse les manifestants de collusion avec nos ennemis, est grave et elle doit être condamnée », a noté Gantz

« Même si nous sommes en désaccord sur les méthodes employées, nous parlons ici de patriotes, d’amoureux du pays. Même un millier de discours flamboyants prononcés devant les Nations unies ne répareront pas les dégâts énormes causés par Netanyahu dans la société israélienne par sa conduite. »

Pour Gadi Eisenkot (Camp national)  les remarques du Premier ministre étaient « à côté de la plaque ». « J’espère qu’il se rétractera et qu’il retrouvera la raison », a déclaré Eisenkot à la radio de l’armée. Plus dure encore, Merav Michaeli, cheffe du parti Avoda, a établi un parallèle entre les propos de Netanyahu et certaines accusations portées contre lui dans le passé, selon lesquelles il aurait encouragé l’incitation à la violence qui a conduit à l’assassinat de l’ancien Premier ministre Yitzhak Rabin. « Netanyahou a fondé toute sa carrière politique sur l’incitation à la haine et à la violence – il l’a fait avec Rabin et il le fait maintenant avec les manifestants de Kaplan », a déclaré Michaeli, qui juge « urgent de le remettre de ses fonctions »

 En défense du gouvernement de son coté ,le ministre des Finances, Bezalel Smotrich,est allé encore plus loin que Netanyahou en affirmant que les manifestants à l’étranger contre la refonte judiciaire sont des « militants du mouvement Boycott Désinvestissement Sanctions » BDS qui nuisent à Israël », et qu’en soutenant les manifestants, Lapid et Gantz ont « transgressé toutes les lignes rouges ».

Dimanche soir, ce sont des milliers d’Israéliens qui se sont rassemblés dans tout le pays pour dénoncer le plan de refonte radicale du système judiciaire. Le mouvement de protestation hebdomadaire a habituellement lieu le samedi mais il a été repoussé à dimanche cette semaine, en raison de la fête de Rosh HaShana.

Michel Zerbib

Newsletter

Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

Inscrivez vous à la newsletter
La météo locale
Chabbat Pin'has - 26/27 Juillet
Benyamin Netanyahou accuse les manifestants anti-refonte de « joindre leurs forces à l’OLP et à l’Iran », l’opposition en Israël outrée