En ce moment Écouter la radio

Quand Ben Gvir retourne Oslo contre Netanyahou

Israël.

Quand Ben Gvir retourne Oslo contre Netanyahou
Itamar Ben Gvir (à gauche) et Benyamin Netanyahou (à droite) - GPO

La polémique sur les armes qu'Israël aurait livrées, ou que s'apprêterait à livrer à l'Autorité Palestinienne ne retombe pas. Avec les ministres nationalistes qui s'en prennent à Benyamin Netanyahou. Et le prétexte invoqué n'est pas anodin, surtout à la date anniversaire des trente ans des Accords d'Oslo. En 1993, Benyamin Netanyahou avait pris la tête des premières manifestations qui dénonçaient la signature d'une reconnaissance mutuelle entre Israël et l'Olp et qui allait conduire à la création d'une autonomie politique pour les Palestiniens. Et l'un des slogans scandés dans ces manifestations était : "Ne leur donnez pas d'armes" c’est-à-dire pas d'armes aux Palestiniens qui allaient se doter de services de sécurité, dont une force de police, dont les adversaires du processus diplomatique redoutaient qu'elles servent à attaquer Israël. L'ironie veut qu'aujourd'hui, le camp sioniste religieux, conduit par Betsalel Smutrich et Itamar Ben Gvir, retourne cette même accusation contre Benyamin Netanyahou. Une symbolique qui ne doit évidemment rien au hasard.

L'intention est de prendre le chef du gouvernement en défaut, et le rendre responsable de l'incapacité des partis nationalistes à réaliser leur programme politique, dans l'idée bien sûr de le pousser à le faire. Mais c'est en fait un symptôme de la préoccupation croissante des alliés nationalistes de la coalition qui redoutent de voir Benyamin Netanyahou changer d'alliance et se tourner vers des partis aujourd'hui dans l'opposition, et notamment celui de Benny Gantz. Le chef du Likoud chercherait ainsi à sortir de l'ornière politique, mais aussi diplomatique dans laquelle il s'est enlisé et qui commence à le pénaliser. Le Premier ministre regarde la contestation qui ne faiblit pas et la polarisation du débat public qui continue de croitre et d'affaiblir le pays. Il regarde aussi du côté de Washington et du président Biden qui déroule le tapis rouge pour le président Herzog et qui consent à peine à lui accorder une entrevue dans les couloirs de l'Onu. Pour Benyamin Netanyahou, cette situation n'est pas supportable, alors qu'il croyait d'une part être capable de refaire consensus dans le public israélien et d'autre part de réaliser la totalité de son rêve d'intégrer Israël dans le monde arabe par un accord de normalisation avec l'Arabie Saoudite. Et donc, rien ne se passe comme prévu.

Ce n'est pas la première ruade de Ben Gvir. Il l'avait déjà fait au printemps, au moment où il avait mis en demeure le Premier ministre de reprendre les éliminations ciblées contre les chefs terroristes palestiniens et annoncé que son parti ne respecterait pas la discipline de coalition tant qu'il n'aurait pas obtenu satisfaction. Quelques jours plus tard, Tsahal éliminait deux responsables du Jihad islamique, mais les responsables de la défense avaient assuré que le plan était prévu de longue date. Mais pour Itamar Ben Gvir, le coup a porté, et c'est ce qui l'a convaincu de recommencer. Alors pas sur cette affaire de livraison de matériel militaire, mais sur le durcissement des conditions de détention des terroristes palestiniens, qu'il avait commencé à planifier, jusqu'à ce que Benyamin Netanyahou lui rappelle qu'il n'avait pas compétence, et que la décision serait prise dans un mois. Alors, le leader du parti Puissance Juive est dans son rôle. Il joue la fermeté sécuritaire, avance l'un après l'autre les points de son programme politique, même quand il sait que certains seront nécessairement freinés par le chef du gouvernement. Itamar Ben Gvir reste vis-à-vis de son électorat celui qui n'a pas failli. Même quand Netanyahou le remet à sa place. 

Pascale Zonszain

Newsletter

Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

Inscrivez vous à la newsletter
La météo locale
Chabbat Métsora - 19/20 Avril
Quand Ben Gvir retourne Oslo contre Netanyahou