En ce moment Écouter la radio

Amanda Sthers sur Radio J : "Je voulais parler d’un lien invisible entre la personne qui offre et celle qui reçoit"

Culture.

Amanda Sthers sur Radio J :  "Je voulais parler d’un lien invisible entre la personne qui offre et celle qui reçoit"
(Crédit : DR)

Amanda Sthers, romancière, dramaturge, scénariste et réalisatrice était l’invité de Steve Nadjar ce jeudi après-midi à 14h35 dans Le Grand Journal sur Radio J. Elle y a parlé de son livre, Le Café Suspendu aux éditions Grasset qu’elle articule autour d’une tradition napolitaine qui consiste à offrir un café à quelqu’un qui n’en a pas les moyens. 

La romancière découvre cette tradition à Naples quand elle voit un producteur payer six cafés au lieu de trois. Elle a confié avoir ressenti une « émotion très forte », pensant que cela ferait « un sujet de livre merveilleux ». La romancière est animée par cette tradition qui dit que « même si tu n’as pas d’argent tu as le droit de faire du monde, de la société, de tomber amoureux, de croiser un ami, d’avoir une opinion : tu as le droit d’exister »

Selon Amanda Sthers, cette habitude se fond parfaitement dans cette ville de Naples où le café en lui-même est un lieu de vie, une forme de sociabilité. On peut retrouver dans son livre divers personnages qui plairont plus ou moins selon la sensibilité de chacun. L’autrice dit puiser son imaginaire dans des scènes de vie qu’elle observe, dans des moments où elle aime se perdre dans la ville. "Je voulais parler d'un lien invisible entre la personne qui offre et celle qui reçoit", affirme t-elle.

https://youtu.be/-KTi7wPCpVQ

AG

Newsletter

Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

Inscrivez vous à la newsletter
La météo locale
Chabbat Pin'has - 26/27 Juillet
Amanda Sthers sur Radio J : "Je voulais parler d’un lien invisible entre la personne qui offre et celle qui reçoit"