La Radio Juive

L’Iran dénonce « l’incapacité mentale » de l’UE et du Royaume-Uni après avoir imposé des sanctions

(Crédit : DR)

L’Iran a promis mardi qu’il répondrait aux nouvelles sanctions imposées par l’Union européenne et la Grande-Bretagne pour sa gestion des manifestations de plusieurs mois déclenchées par la mort en détention de Mahsa Amini. L’UE et la Grande-Bretagne ont imposé lundi une nouvelle série de sanctions à l’Iran, qui a été secoué par des manifestations depuis la mort le 16 septembre d’Amini, un Kurde iranien de 22 ans qui avait été arrêté pour avoir prétendument enfreint le code vestimentaire strict du pays pour les femmes. L’avertissement de l’Iran contre les mesures de tit-for-tat intervient après que les relations se sont fortement détériorées, l’UE et la Grande-Bretagne intensifiant les sanctions contre la réponse des autorités aux manifestations.

« La décision de l’Union européenne et du régime britannique est un signe de leur incapacité mentale à comprendre correctement les réalités de l’Iran, ainsi que de leur confusion concernant l’autorité de la République islamique », a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Nasser Kanani. Il a déclaré que l’Iran « se réserve le droit de rendre la pareille contre de telles politiques qui ont échoué et annoncera bientôt la liste des nouvelles sanctions contre les violateurs des droits de l’homme et les promoteurs du terrorisme dans l’Union européenne et en Angleterre ».

L’UE a imposé sa quatrième série de sanctions contre l’Iran depuis le début des manifestations, plaçant 37 autres fonctionnaires et entités sur une liste noire de gel des avoirs et d’interdiction de visa. Le bloc visait le ministre des Sports et le commandement du Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI), le bras idéologique de l’armée iranienne, dans 12 régions du pays, ainsi que des législateurs et de hauts responsables des médias d’État. Le même jour, la Grande-Bretagne a sanctionné cinq autres responsables iraniens, élargissant sa liste noire à 50 personnes et organisations qu’elle considère comme impliquées dans la gestion des manifestations.

Lundi également, les États-Unis ont ajouté 10 Iraniens et une entité – la plupart liés aux Gardiens de la révolution – à leur liste de sanctions liées aux droits de l’homme. « Il s’agit de la neuvième série de désignations ciblant les acteurs responsables de la répression des manifestants pacifiques depuis le début des manifestations nationales en 2022 », a déclaré le département d’État américain dans un communiqué.

Gabriel Attal

LE 24-01-23 - 18:00