La Radio Juive

Se reconnecter avec son corps pour aller bien, la chronique du docteur Serge Rafal

Il m’a paru intéressant de choisir parmi le large éventail de techniques corporelles disponibles, celles qui me semblaient les plus intéressantes pour créer ou recréer ce contact essentiel.

Nous prenons avec le temps de mauvaises habitudes (posture, respiration) qui finissent par nous mettre en tension et génèrent ainsi douleurs ou mal-être. Or certaines méthodes ou techniques sont efficaces et simples à suivre puis à mettre en œuvre, j’ai opéré un choix arbitraire.

Beaucoup de ces méthodes sont bien entendu d’abord respiratoires car il s’agit d’une fonction à laquelle on ne prête guère d’attention en temps normal mais qu’on peut tout à fait dominer lorsque ça va moins bien. La respiration constitue en effet le point de départ de nombreuses techniques sur laquelle elles s’appuient afin de la contrôler. Ceci permet ensuite de maîtriser les muscles puis de canaliser le mental.

Le training autogène de Schultz : je viens de la sophrologie et j’ai intégré cette technique fort utile dès que je dispose d’un petit moment. On part sur la respiration puis on se concentre sur la sensation de chaleur, de pesanteur, de calme et on joue avec en les distribuant mentalement dans différentes régions du corps. Ca peut durer 4-5 minutes ou plus et ça permet de relancer son énergie ou au contraire de se détendre.

Cette méthode est inventée au début du XXème siècle par un Allemand, Joseph Pilates, grand pratiquant de boxe et de lutte gréco-romaine. Il émigre en 1926 aux USA où il ouvre un studio d’entraînement de (re)mise en forme des danseurs de Brodway. Sa méthode repose sur la répétition d’exercices au sol sur tapis avec souvent des accessoires qu’on voit maintenant dans toutes les salles de gym (élastiques, sangles, ballons). Il utilise également des appareils spécifiques coulissants, les ancêtres des presses.

D’origine russe lui, chercheur de formation, il a travaillé en France avec Paul Langevin, Irène et Frédéric Curie. Il est une des 1ères ceintures noires de judo qu’il a appris dans les années 20 en Angleterre. Il s’engage en 1940 dans l’armée britannique mais est blessé au genou. Les médecins lui conseillent la chirurgie, il entame une réflexion sur le mouvement et construit une méthode pour libérer les muscles et les tensions. Il s’appuie sur la prise de conscience du corps par des torsions, des roulements, des déplacements, l’observation de chaque partie du corps et l’harmonie de leurs rapports. Cette focalisation permet d’acquérir une grande fluidité dans le mouvement et de libérer ainsi les tensions. Il part en Israël dans les années 50 et s’occupe d’enfants malades, de musiciens, de danseurs.

Acteur de théâtre d’origine australienne, Frédérick Alexander se rend compte chaque fois qu’il monte sur scène que ses muscles. Il essaye de corriger cela en se tenant bien droit, ce qui l’aggrave. Il se rend compte qu’il lui faut être présent à soi-même lorsqu’on parle car cela relâche les tensions. Il met au point une procédure de « repos constructif » à pratiquer 15 minutes par jour. Il forme des générations de professeurs en Angleterre et dans les pays du Nord. Sa méthode est utile contre le mal de dos, après un accouchement et même dans les maladies neuro-dégénératives (Parkinson).

La cohérence cardiaque : il s’agit d’une technique respiratoire, le 365 pas le 421, qui permet de baisser la TA et augmenter ainsi le bien-être. Elle est on ne peut plus simple. On effectue l’exercice respiratoire 3 fois par jour (inspiration de 5 sec, expiration 5 secondes), sur un rythme de 6 mouvements par minute, pendant 5 minutes.  

« Nous ne sommes pas seulement corps ou esprit. Nous sommes corps et esprit, tout ensemble » écrit à juste titre George Sand. Nous sommes c’est vrai de plus en plus déconnectés de notre corps. Il faut pour aller bien se remettre à son écoute, ces différentes méthodes peuvent y contribuer.

Docteur Serge Rafal

LE 01-11-22 - 08:30