La Radio Juive

Gantz : « S’il est signé, Israël et le Liban récolteront les bénéfices de l’accord frontalier pour les années à venir »

(Crédit : capture d'écran)

Le ministre israélien de la Défense, Benny Gantz, a exprimé dimanche son soutien à l’accord négocié par les États-Unis délimitant une frontière maritime avec le Liban. En fin de compte, il s’agit d’un accord d’une grande valeur économique, et – s’il est signé – Israël et le Liban, dont les citoyens souffrent d’une grave crise, en récolteront les bénéfices pour les années à venir, a-t-il écrit sur Twitter. Il a également déclaré que même si la proposition ne garantissait pas la fin des « frictions » avec le Liban, elle apporterait sans aucun doute stabilité, dissuasion et, à long terme, affaiblirait la dépendance du pays vis-à-vis de l’Iran.

Gantz a également appelé le chef de l’opposition Benjamin Netanyahu à s’abstenir de tout commentaire susceptible de mettre en danger l’accord. Auparavant, Netanyahu avait accusé Lapid de « se rendre honteusement » aux menaces du secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah. « Il donne au Hezbollah un territoire souverain de l’État d’Israël avec un énorme réservoir de gaz qui vous appartient, les citoyens d’Israël », a-t-il indiqué dans une vidéo. « Il le fait sans débat à la Knesset et sans référendum. Lapid n’a aucun mandat pour remettre à un État ennemi des territoires souverains et des biens souverains qui nous appartiennent à tous. »

Lapid a riposté à la critique, accusant Netanyahu de n’avoir pas réussi à parvenir à un tel accord pendant son mandat de Premier ministre. « Au moins, ne nuisez pas aux intérêts de sécurité d’Israël et aidez le Hezbollah avec des messages irresponsables », a-t-il dit. Le projet de proposition de 10 pages – dont les détails n’ont pas été rendus publics – est actuellement à l’étude à Beyrouth. Le Hezbollah soutenu par l’Iran, qui s’est affronté avec Israël et avait précédemment exprimé des soupçons sur un tel accord, a qualifié la proposition de « pas très important ». L’approbation par Israël du projet était en attente d’un examen juridique, a précisé Lapid à son cabinet lors de la réunion hebdomadaire du Cabinet.

Gabriel Attal

LE 03-10-22 - 14:15