La Radio Juive

Tsahal révèle les nouveaux boucliers humains du Hamas

(Crédit : unité du porte-parole de Tsahal)

Tsahal vient de rendre publique une liste d’installations du Hamas, logées en plein cœur de quartiers d’habitations de Gaza. Des photos satellite et prises de vue aériennes montrent par exemple l’emplacement d’une unité de production d’armes, bordée par une mosquée, par un dispensaire et par le principal hôpital de l’enclave palestinienne. Une entrée de réseau de galeries souterraines est située à quelques mètres de l’université islamique qui abrite plus de 20.000 étudiants. D’autres dépôts d’armes se trouvent notamment à l’intérieur même d’une mosquée. Et un tunnel terroriste servant aussi à stocker de l’armement passe sous une école de l’UNRWA, qui est utilisée comme abri pour la population civile, conformément à un accord entre Israël et l’agence de l’Onu pour les réfugiés palestiniens.

La liste, qui comporte près d’une dizaine de sites différents, sont tous à proximité immédiate d’immeubles d’habitation ou d’installations civiles, de type hôpital, école, ou mosquée, en infraction totale avec le droit international, puisque cela revient à exposer la population civile qui s’y trouve et qui fait alors office de bouclier humain pour le Hamas et les autres organisations terroristes, qui savent qu’Israël ne les bombardera pas ou que toute frappe, même ciblée, risque de toucher des civils non combattants.

Il n’est pas habituel que les forces de défense israéliennes communiquent sur ce sujet en dehors des périodes de tension ou de confrontation avec le Hamas. Mais les onze jours de guerre de mai 2021 ont mis en évidence le décalage entre les opérations de Tsahal et la perception médiatique et publique dans le monde. Un des épisodes les plus problématiques avait été le bombardement de l’immeuble qui abritait les bureaux de l’Associated Press à Gaza. Israël avait eu beau expliquer que le bâtiment hébergeait aussi les services de renseignements du Hamas et des systèmes destinés à brouiller les défenses aériennes de Tsahal, le raid avait déclenché une vague de condamnations internationales, politiques et médiatiques.

C’est donc pour ne pas se retrouver dans la même situation lors d’une prochaine confrontation, que les responsables de la défense israélienne ont décidé d’anticiper en exposant les agissements du Hamas. Il s’agit de montrer que c’est l’organisation terroriste qui s’est mise délibérément en violation du droit humanitaire et qu’à aucun moment, Israël ne cherche à viser des civils non combattants. L’idée est de procéder systématiquement et sans attendre à la diffusion de toute nouvelle information sur des sites terroristes localisés au cœur de la population de Gaza, ce qui permettra en cas de nécessité, de légitimer une opération militaire israélienne, visant à protéger sa propre population.

Le ministre israélien de la Défense, qui était hier en tournée d’inspection sur le front sud, a confirmé que « Tsahal avait exposé aux yeux du monde quelques exemples de l’exploitation par le Hamas de la population de Gaza, qu’il choisit délibérément de placer dans la ligne de feu. C’est le Hamas qui tire, depuis une population civile vers une population civile. Le monde doit être informé de ces crimes et lui en faire porter la responsabilité » a affirmé Benny Gantz. Ce nouveau travail de communication sera relayé par l’échelon politique et diplomatique. Mais même s’il doit permettre de marquer quelques points et de gagner un peu de marge de manœuvre auprès des chancelleries, il aura probablement peu d’effet sur le terrain médiatique, où Israël reste surtout en position d’accusé.

Pascale Zonszain

LE 28-07-22 - 08:36