(Crédit : Twitter)

Alexis Lacroix sur Radio J : « La tripartition politique est une vieille idée que Macron a remise au goût du jour »

Alexis Lacroix, journaliste et directeur de la rédaction d’Actualité Juive, était au micro de Steve Nadjar ce mercredi après-midi à 14h10 dans « Hémicycle » sur Radio J. Alors que l’Assemblée nationale semble répartie en trois grands axes —l’extrême gauche, le centre et l’extrême droite—, le journaliste dément la théorie des trois forces : « La droite républicaine est une force résiliente. »

Pour l’éditorialiste, le macronisme n’a rien inventé au concept de la tripartition politique : déjà sous François Hollande, l’Assemblée nationale était composée de trois plateformes. En réalité, l’idée « remonterait même aux fondations de la IVème République », a expliqué Alexis Lacroix : à l’époque, le pouvoir était divisé entre les Communistes, les Gaullistes et la force intermédiaire dite « troisième force ». « Macron a simplement remis une vieille idée au goût du jour », a analysé le journaliste.

Alexis Lacroix trace en outre un parallèle entre l’instabilité politique actuelle en France et celle de la République de Weimar dans les années 1920, époque sur laquelle il a brillamment disserté dans son essai historique publié le mois dernier et intitulé La République Assassinée : Weimar 1922. « Il y a une weimarisation sur le plan culturel, et une nouvelle ère de la bataille des idées », a expliqué le directeur de la rédaction d’Actualité Juive

Cependant, il pose des limites à cette analogie historique, car les situations, bien que semblables sur de nombreux points, divergent grandement sur les méthodes employées par les politiciens ou opposants pour s’approprier le pouvoir. « Il n’y a pas de violences physiques contre les membres du gouvernement comme c’était le cas à l’époque, par exemple avec l’assassinat du ministre allemand Walter Rathenau », a-t-il précisé.

Charlotte Adda