(Crédit : DR)

Paracha Emor : les lois spécifiques aux Cohanims

La Paracha Emor (« parle » en français) traite principalement des lois spécifiques aux « Cohanims » mais aussi au « Cohen Gadol », ainsi que des règles concernant le service dans le Temple. Un Cohen ne doit pas par exemple se rendre impur par contact avec un défunt, excepté pour porter le deuil de ses parents les plus proches. Il ne peut se marier avec une femme divorcée ou une femme ayant eu des relations avec une personne qu’elle ne peut pas épouser. Par ailleurs, un Cohen qui a certains défauts physiques, ne peut pas effectuer le service dans le Temple. Un veau, un agneau, ou tout petit d’un animal pur apte à être sacrifié, doit être laissé près de sa mère au moins sept jours avant de pouvoir être sacrifié. D’autre part, on ne peut sacrifier le même jour un animal et son petit. 

La paracha Emor évoque également le calendrier annuel des fêtes juives. L’agneau Pascal est offert le 14 Nissan. Le lendemain, la fête de Pessah commence, « l’offrande du Omer » qui est offerte le deuxième jour de Pessah, et inaugure la nouvelle récolte. Ce même jour commence le compte du Omer qui s’étend sur 49 jours. La fête de Chavouot, célébrant le don de la Torah, a lieu le cinquantième jour. Roch Hachana tombe le 1er Tichri. Cette fête est désignée dans la Torah comme le jour du « souvenir de la sonnerie ». Le 10 Tichri est la date de Yom Kippour, jour de jeûne et de pardon pour la faute du veau d’or. Puis, le 15 Tichri, commence la fête de Souccot.

La Paracha Emor est ainsi une paracha riche en informations pour les Cohanims mais aussi pour l’ensemble du peuple juif. 

Raphaël Uzan