(Crédit : DR)

Des Juifs américains viennent en aide aux Justes parmi les Nations en Ukraine

Après l’invasion de l’Ukraine par la Russie, le matin du 24 février 2022, des millions d’Ukrainiens ont vu leur vie bouleversée. Parmi eux, quinze « Justes parmi les Nations » ont été repérés par la Fondation juive pour les Justes (JFR). Pour rappel, le titre de « Justes parmi les nations » est accordé aux personnes non-juives qui ont risqué leur vie pour sauver des Juifs pendant la Shoah, il y a 80 ans. Ils reçoivent chaque année un financement de la part de l’association, pour les remercier pour leurs actions héroïques.

Durant les heures qui ont suivi l’invasion, la fondation a reçu un courriel de la famille d’une Juste de 93 ans, les implorant de les aider financièrement au nom de leur survie. Stanlee Stahl, vice-présidente de la fondation, a rapidement partagé le courriel avec son conseil d’administration, qui a accepté d’accélérer les versements du reste de l’année pour les quinze sauveteurs en Ukraine.

Pour garantir la bonne réception de cette aide, la JFR a lancé un appel aux volontaires parmi les Juifs russophones pour téléphoner aux familles concernées. Dimitri Zolotkovsky, comptable newyorkais de 50 ans ayant grandi à Kiev, s’est immédiatement porté volontaire. « Chaque fois que je parle avec eux ou avec leurs familles, c’est comme si je touchais un morceau d’histoire. Je n’ai pas de souvenirs de la guerre, mais cela m’apporte beaucoup de liens. Mon grand-père et ma grand-mère ont combattu les nazis. Les parents de mon père ont échappé de justesse à l’Ukraine avant que les nazis ne l’occupent. », a-t-il déclaré.

A l’exception d’une des Justes, âgée de 97 ans, qui est décédée avant que Zolotkovsky n’ait pu l’aider, tous les autres ont pu bénéficier de son assistance. En peu de temps, chacun avait reçu 2 000 dollars. « Nous avons une responsabilité morale et éthique envers ces hommes et ces femmes d’être là pour eux comme ils l’ont été pour les Juifs pendant l’Holocauste. », a affirmé Harvey Schulweis, président de la fondation.

Charlotte Adda