(Crédit : Twitter)

Elsa Guiol et Etienne Melou sur Radio J : « Dans les moments d’incertitude, les juifs servent toujours de boucs émissaires »

Elsa Guiol et Etienne Melou, réalisateurs, étaient au micro d’Ilana Ferhadian ce vendredi matin à 8h35 dans le Morning de Radio J. Ils ont présenté « La Fabrique du mensonge, les nouveaux habits des antisémites », leur documentaire qui sera diffusé dimanche 3 avril à 20h50 sur France 5.  

Un documentaire dans la veine d’une collection de programmes qui expliquent comment naissent et se propagent les fausses informations. Le résultat d’un vrai travail d’enquête, avec beaucoup d’archives, d’intervenants spécialistes de l’antisémitisme, du complotisme et de l’extrême droite. Le projet est né en pleine crise sanitaire comme l’explique Elsa Guiol. « On travaille sur les questions de complotisme depuis plusieurs  années, et quand on a vu les manifestations antivax avec des étoiles jaunes dans la foule, on s’est dit qu’il fallait à tout prix en parler ».  

« Dès le premier jour du confinement on a tout de suite critiqué Agnès Buzyn. On ne savait rien sur le virus et dans ces moments on cherche toujours un bouc émissaire, à savoir le juif », a indiqué Etienne Melou.  

Dans ce documentaire les deux réalisateurs abordent ces journées de colère, et de  manifestations lors de la crise sanitaire. Des manifestations violentes dans les symboles, d’abord suite à l’obligation vaccinale, puis suite à l’obligation du pass sanitaire, à l’été dernier. Les profils sont très variés. De l’extrême droite à l’extrême gauche, on se rassemble sur ces idées en utilisant le terme de « dictature sanitaire ». « Dans les manifestations de cet été ce qui a été le plus choquant c’est de voir des symboles de la Shoah détournés. C’était une banalisation de l’Histoire et de l’horreur vécue par les  Juifs », a déclaré Elsa Guiol. « La Fabrique du mensonge, les nouveaux habits des antisémites » aborde un sujet  glaçant : la liste de noms de personnalités juives qu’on a pu trouver sur internet, la « liste de Schindler » comme l’appelle Alain Soral. « Ces listes sont une pratique courante chez les antisémites mais certains on profité pour les ressortir tout en voulant  dépoussiérer la figure du juif empoisonneur du Moyen-Âge », a souligné Etienne Melou.

Alexandra Senigou