(Crédit : DR)

Claude Malhuret sur Radio J : « Le nombre de soldats russes morts est absolument incroyable et personne n’y croyait »

Le cofondateur de la plateforme Doctolib et homme politique français, Claude Malhuret, était au micro de Christophe Barbier ce vendredi matin à 8h35 dans le Morning de Radio J. Président du groupe Les Indépendants République et territoires, il est venu répondre aux questions politiques actuelles.

Poutine l’a dit à Macron ce jeudi 3 mars, il continuera « sans compromis » sa lutte contre les nationalistes en Ukraine. Pour Claude Malhuret, il n’est pas impossible de freiner Vladimir Poutine. Bien que sa résolution et celle de son armée aillent jusqu’au bout, Poutine est pour le moment légèrement réfréné car autrefois persuadé qu’il pouvait s’emparer de la ville de Kiev sans problème. Jusqu’où ira-t-il ? On n’en sait rien. « Le nombre de soldats russes morts est absolument incroyable et personne n’y croyait. La résistance des ukrainiens l’est tout autant », constate l’avocat et médecin, Claude Malhuret.

Mardi 1er mars, le Parlement Européen a voté une résolution sur l’agression russe en Ukraine. Le Rassemblement National a soutenu cette condamnation d’un acte unilatéral de la Russie. Un soutien qui n’est pas partagé par Reconquête, le parti du candidat Éric Zemmour. 

Le rassemblement national a voté la résolution anti Russie contre Reconquête qui ne l’a pas fait. « Marine Le Pen est un peu moins idéologue qu’Éric Zemmour. Ce dernier ne changera jamais d’avis même lorsqu’il se trompe à 180%. Il a d’ailleurs été toujours bien plus engagé auprès de Poutine que d’autres », explique l’homme politique. « Bien qu’il ait perdu plusieurs points depuis le début, Zemmour continue d’être suivi par une partie de son électorat. 95% des français aujourd’hui disent qu’il faut accueillir les réfugiés ukrainiens en Europe et ils sont les seuls à le penser. » L’ancien président de Médecins sans frontières assure que les corridors humanitaires promis par la Russie ne changent pas tout mais offrent néanmoins un grand avantage aux civils qui pourront sortir et échapper à une mort certaine. Les villes seront cependant détruites. 

« Il n’y en a pas un qui lui arrive à la cheville »

Emmanuel Macron officialise sa candidature via la presse quotidienne régionale. Claude Malhuret qualifie cette presse comme étant « une presse de proximité ». « La PQR, c’est celle qu’on lit tous les matins quand on va au café, on y est abonnés… », remarque-t-il. Emmanuel Macron est selon lui renforcé d’un point de vue électoral du fait de sa position par rapport à la guerre et à la pandémie. Persuadé que le président actuel effectue particulièrement bien son job, Claude Malhuret insiste sur le soutien qu’il lui porte pour sa candidature aux présidentielles de 2022. 

Arielle Wilhelm