La Radio Juive

Les risques pour la santé du manque d’activité physique, la chronique du docteur Serge Rafal

(Crédit : DR)

J’avais pour invité la semaine dernière dans Refoua, le Dr Roland Krzentowski, ancien médecin des équipes de France de ski puis d’athlétisme, qui nous a brillamment expliqué les bienfaits d’une activité physique régulière et les dangers de la sédentarité pour l’obtention, l’amélioration ou le maintien d’un bon état de santé. Il nous racontait une étude réalisée dans les transports londoniens qui montrait que l’état de santé des conducteurs de bus était globalement moins bon que celui des contrôleurs, uniquement par leur différence d’activité physique. Et vient de paraître une étude diligentée par l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) qui nous avertit que 95% de la population adulte française est exposée à un risque sanitaire accru par manque d’activité et trop de temps passé assis devant un écran (Smartphone, TV, ordinateur, tablette) : depuis 7 ans, il a explosé, passant en moyenne à plus de 3h par jour pour les enfants et à 4h50 chez les adultes.

L’inactivité physique, c’est moins de 30 minutes de sollicitation cardiorespiratoire par jour. La sédentarité consiste-elle à rester en position assise plus de 8h/jour, avec des périodes ininterrompues de 2h. Et notre mode de vie (ascenseurs, voiture), l’insécurité urbaine et routière (accidents de vélo, de trottinettes) n’arrive pas à les compenser.

L’inactivité a progressé entre 2001 et 2016 puisqu’actuellement 94% de la population ne bouge pas suffisamment, que seulement 6% fait du sport régulièrement. Les hommes pratiquent plus que les femmes (44% contre 36%), les jeunes beaucoup plus que les vieux (62% dans les 15-24 ans, 30% au-delà de 55 ans), les cadres et directeurs beaucoup plus que les travailleurs manuels (26% contre 49%).

Bien évidemment les risques du manque d’activité sont chiffrés, l’inactivité et la sédentarité augmentent la mortalité. Pour l’OMS, 5 millions de décès par an pourraient être évités si la population mondiale était plus active. Selon l’Anses, plus du tiers des Français cumule inactivité et sédentarité ce qui expose à un risque accru de 30% de diabète, d’IDM, d’AVC et même de cancers et de 50% d’hypertension artérielle. Et chaque heure supplémentaire de sédentarité (au-delà de 8h) augmente la mortalité toutes causes de 4 à 12% et l’obésité de 50%.

Les études sont contradictoires mais il semblerait qu’effectuer 7000 pas par jour, quel que soit le rythme, aurait déjà une action bienfaisante. Mais bien sûr qu’avoir une activité physique régulière, plus intense et prolongée serait encore mieux. On ne bouge jamais trop.  

Il est impératif de pratiquer une activité physique quelle qu’elle soit et même jusqu’à satiété ou plus soif… contrairement à d’autres mauvaises habitudes qui elles, doivent être strictement limitées ou supprimés, je pense bien sûr à la malbouffe, au tabac et à l’alcool, nos 3 grands « serial-killers ». Montaigne dans ses essais suggérait que : « Le mouvement, c’est la vie ». Je rajouterai modestement « et la santé ».

Docteur Serge Rafal

LE 25-02-22 - 08:56