La Radio Juive

Chef de la police à propos de l’affaire Pegasus : l’image de toute la police a été ternie

(Crédit : Wikimédia Commons)

Le chef de la police israélienne, Kobi Shabtai, a répondu mardi aux conclusions d’un comité qui a enquêté sur l’utilisation présumée par la police de logiciels espions contre des civils, affirmant que les conclusions prouvaient « sans l’ombre d’un doute » que la police n’agissait pas illégalement.

Shabtai a dénoncé les rapports des médias selon lesquels la police avait utilisé des logiciels espions contre des Israéliens sans avoir reçu au préalable un mandat comme une diffamation « sans précédent » contre les forces de l’ordre « qui a mortellement porté atteinte non seulement à la confiance du public dans la police, mais dans tous les organismes chargés de l’application des lois », selon le Haaretz. Il a exhorté les gens à « réfléchir à la facilité avec laquelle une force de police entière a été ternie ».

La police « n’espionne pas ses citoyens et n’espionne pas les manifestants et les innocents », a indiqué Kobi Shabtai lors d’une cérémonie marquant la fin d’un cours de formation d’officiers. Cependant, a-t-il ajouté, il punirait quiconque aurait mal utilisé les outils en sa possession.

« Il est important pour moi de souligner que je ne serai pas d’accord et ne permettrai aucune dérogation, légère ou autre, aux dispositions de la loi. Si quelqu’un, peu importe quand, peu importe sa position ou son rang, exploite les capacités de la police et fait des choses qu’il n’aurait pas dû faire, je le verrai personnellement traduit en justice », a souligné Shabtai.

Les commentaires de Shabtai interviennent un jour après qu’une équipe dirigée par le procureur général adjoint Amit Merari a publié ses premières conclusions qui ont déterminé que la police israélienne n’a pas utilisé illégalement le logiciel espion Pegasus de NSO contre des civils.

Gabriel Attal

LE 23-02-22 - 15:30