La Radio Juive

L’enquête ne révèle « aucune indication » que la police d’Israël a illégalement piraté les téléphones des citoyens

(Crédit : DR)

Une enquête sur des allégations choquantes selon lesquelles la police israélienne aurait utilisé illégalement des logiciels espions sur les téléphones des citoyens n’a trouvé « aucune indication » qu’un tel piratage ait eu lieu.

Une enquête du ministère de la Justice sur les allégations, dirigée par le sous-procureur général Marari, a été ouverte à la suite d’un rapport explosif dans le journal Calcalist le mois dernier selon lequel la police utilisait le logiciel espion Pegasus du groupe NSO sans aucun contrôle judiciaire. Plus tôt ce mois-ci, Calcalist a rapporté, sans fournir de preuves, que des dizaines de personnalités de premier plan – dont d’anciens directeurs de ministère, des personnalités du monde des affaires et des membres de la famille et des associés de l’ancien Premier ministre Benyamin Netanyahou – ont été espionnées par la police.

Mais les conclusions provisoires de l’enquête de Marari – qui comprenait également deux anciens responsables du Shin Bet – n’ont trouvé aucune preuve à l’appui des affirmations de Calcalist. Selon les détails de l’enquête, publiés lundi, rien n’indique que la police israélienne ait utilisé Pegasus sans ordonnance du tribunal pour infecter le téléphone de l’une des listes de personnes publiées dans les médias.

En outre, une déclaration du ministère de la Justice a noté que l’enquête n’a révélé aucune tentative infructueuse de la police d’utiliser Pegasus sans contrôle judiciaire, et qu’elle n’a pas non plus découvert d’utilisation par la police d’autres logiciels espions similaires contre les personnes nommées.

Marari a noté que la police a informé le ministère de la Justice que trois personnes faisaient l’objet d’une décision de justice autorisant un tel piratage téléphonique, mais que seuls deux d’entre eux avaient été ciblés par le logiciel espion et qu’un seul d’entre eux avait été piraté avec succès. Le ministère de la Justice a déclaré que son enquête se poursuivrait et s’élargirait pour inclure des personnes ne figurant pas sur la liste originale du Calcalist.

En réponse à l’enquête, le Calcalist a affirmé que les conclusions « nécessitent un examen sérieux et un réexamen des conclusions et des allégations que nous avons publiées ». Une telle enquête, précise le journal, est en cours, et « lorsque nous l’aurons terminée, nous n’hésiterons pas à corriger autant que nécessaire ».

Gabriel Attal

LE 22-02-22 - 12:00