La Radio Juive

Un responsable jordanien demande une enquête sur le piratage à l’aide du logiciel espion israélien Pegasus

(Crédit : DR)

Un haut responsable jordanien a appelé son gouvernement à créer un comité chargé d’enquêter sur le piratage téléphonique de près de 200 militants jordaniens, journalistes, militants des droits de l’homme et même des responsables gouvernementaux – qui auraient été commis à l’aide d’un logiciel espion développé par la société israélienne NSO. Le sénateur Mustafa Hamarneh, membre de la chambre haute de l’élite jordanienne – souvent appelée le Conseil du roi – et ancien directeur du Centre d’études stratégiques de l’Université de Jordanie, a déclaré lundi que l’attaque de piratage était inquiétante et que des réponses étaient nécessaires.

« Ce qu’il faut, c’est une commission d’enquête qui puisse trouver des moyens de défendre nos droits humains fondamentaux et notre vie privée, qui est garantie par la constitution », a précisé le responsable. « Il devrait enquêter sur ce problème maintenant qu’il est devenu public. Le gouvernement peut demander à Apple la liste et ce qu’il sait de ce piratage. Ce sont des questions auxquelles il faut répondre », a-t-il affirmé. Hamarneh semble rejeter tout rôle domestique dans le piratage. « On me dit que le gouvernement jordanien n’a jamais acheté ce logiciel Pegasus et le fait que la cour royale et les téléphones du comité olympique aient été piratés signifie qu’il s’agit très probablement d’un effort extérieur qui a probablement même inclus le téléphone de Sa Majesté », a indiqué Hamarneh, faisant référence à au logiciel espion Pegasus de la société israélienne de cybersécurité NSO qui aurait été utilisé par certains gouvernements du monde entier pour espionner des militants des droits de l’homme, des politiciens et des journalistes

Gabriel Attal

LE 14-02-22 - 19:15