(Crédit : DR)

2 soldats israéliens licenciés après la mort d’un Palestino-Américain

Deux officiers militaires israéliens seront démis de leurs fonctions et un troisième – un commandant de bataillon – sera officiellement censuré pour la mort d’un Palestinien âgé au début du mois qui, selon Tsahal, était le résultat d’un « échec moral et d’une mauvaise prise de décision ». Omar Abdalmajeed As’ad, 78 ans, de Jiljilya, un village au nord de Ramallah, a été retrouvé mort le 12 janvier après avoir été arrêté par les troupes israéliennes alors qu’il rentrait chez lui.  Il avait été arrêté par des soldats appartenant au bataillon Netzah Yehuda à un poste de contrôle impromptu alors qu’il rentrait chez lui après avoir commencé à leur crier dessus, attirant l’attention sur les soldats qui ne voulaient pas que les autres habitants sachent qu’une inspection surprise avait lieu.

Afin de le calmer, un soldat a mis sa main sur sa bouche, puis a mis un bâillon en tissu sur sa bouche qu’il a immédiatement retiré. Les troupes lui ont ensuite attaché les mains derrière le dos et l’ont amené dans une cour abandonnée. As’ad a été détenu avec plusieurs autres Palestiniens dans une maison abandonnée, menotté, les yeux bandés et bâillonné pendant environ une demi-heure. Croyant qu’As’ad s’était endormi et ne voyant aucun signe de détresse, les soldats n’ont pas appelé d’assistance médicale et n’ont pas tenté de le réveiller avant de partir.

Il a ensuite été déclaré mort dans un hôpital de Ramallah où il a été emmené par des résidents après qu’un autre détenu a vu qu’il ne répondait pas et a appelé un médecin. Une autopsie réalisée sous les auspices de l’Autorité palestinienne a conclu la semaine dernière qu’As’ad était décédé d’un « arrêt cardiaque soudain induit par le stress dû à des blessures externes ».

L’enquête au niveau du commandement s’est déroulée parallèlement à une enquête de la police militaire qui est toujours en cours et un certain nombre d’officiers, de soldats et d’autres témoins ont été interrogés afin d’obtenir des preuves supplémentaires et de corroborer les témoignages de témoins palestiniens. L’enquête a été confiée au chef d’état-major des FDI, le lieutenant-général. Aviv Kohavi lundi par le chef du commandement central, le major-général. Yehouda Fuchs.

Gabriel Attal