La Radio Juive

Les bergers du signe juif, la chronique de Shmuel Trigano

(Crédit : DR)

Je voudrais faire deux rapprochements qui me semblent significatifs de l’économie de ce que j’appelle le signe juif de la politique française. J’entends par cette expression le fait que la figure juive est sollicitée, embrigadée par son environnement (en l’occurrence la politique française) dans un système de significations sur lequel les Juifs par leur pensée ou leur action n’ont aucun pouvoir mais dont ils supportent un jour ou l’autre la pleine responsabilité.

Nous connaissons une expression actuelle de ce phénomène. Deux exemples effectivement occupent la scène. Le premier que je retiendrais est le discours prononcé par Anne Hidalgo il y a quelques semaines à Perpignan dans lequel elle a comparé le sort des musulmans dans la France d’aujourd’hui au sort des Juifs dans les années 1930, en prétendant qu’ils étaient les boucs émissaires de la crise française. La figure juive est ainsi instrumentalisée pour escamoter le problème réel que représente le phénomène islamiste en France, au moyen d’une massification des catégories de populations destinée à diluer les faits: Les musulmans, Les Juifs, La société française… Elle n’omet pas cependant d’ identifier contradictoirement les Juifs de la Shoah et l’islam français… L’image du Juif qu’on invoque ainsi (avec la sacralité de la Shoah) interdit le débat sur le problème réel, impose le silence, cache le fait surtout que les agressions et actes terroristes antisémites en France sont commises au nom de l’islam et que les Juifs français sont proportionnellement le groupe le plus menacé du pays. C’est une pensée circulaire: les musulmans sont les nouveaux Juifs, du coup l’antisémitisme d’extraction islamique actuel n’est qu’une chimère, l’évoquer c’est du racisme, du « fascisme »; un sacrilège contre la mémoire de la Shoah.


Le signe juif a trouvé à se manifester dans une deuxième occasion ces jours ci avec le discours de Macron à l’inauguration de l’exposition de l’Institut du monde arabe sur les « Juifs d’Orient ». Là, le message était le « vivre ensemble », bien sûr c’est l’islam et la France qui sont concernés par cette expression. Macron a ainsi célébré « le vivre ensemble des Juifs et des Arabes » et tiré » la leçon profonde qu’offre cette exposition »… « pour la Nation que nous sommes, au moment où nous parlons ». Ici les Juifs se voient invoqués pour cautionner le souhait français des politiciens français du « vivre ensemble » avec les musulmans et  témoigner de sa possibilité, alors qu’il n’y a quasiment plus aucune communauté juive dans le monde musulman, et déjà qu’il n’y a plus de Juifs dans les quartiers mixtes de France et alors que l’exposition censée exalter cette coexistence fait l’impasse sur les aspects peu encourageants de ce que fut la vie des Juifs dans ces pays à travers l’histoire (voir le dossier de menora.info, et une impasse totale sur le temps présent car l’exposition se termine de façon aberrante, ou intentionnelle comme du retour du refoulé sur la « Nakba » des Palestiniens. Derrière la déclaration de Macron qui chante une civilisation exceptionnelle, il y a néanmoins le vote récent par la France d’une résolution de l’ONU qui, avec 129 pays, a adopte la dénomination islamique (Haram El Sharif) du Mont du Temple (Har habayit) .le lieu le plus saint du Judaïsme. Le vote de la France éclaire la finalité et l’intention du discours de Macron.

Au niveau français comme au niveau international, la figure juive est ainsi convoquée, instrumentalisée, pour être, dans un concert de louanges et de compassion, réduite  à néant et se voir retournée contre les Juifs, ou certains d’entre eux, ainsi embrigadés malgré eux, en vue d’exonérer leurs ennemis, d’étouffer leur plainte et de servir à des fins qui ne sont pas les leurs: un tour de passe passe qui ne peut qu’accroître en retour la violence envers eux.

Si les autres parlent pour vous, si vous ne défendez pas le signe qui vous représente contre toute manipulation, viendra le moment où vous ne parlerez plus du tout, ce sera le temps  des coups. Où sont les bergers du signe juif?

Shmuel Trigano

LE 27-01-22 - 10:26