(Crédit : DR)

Le contrôleur du gouvernement va enquêter sur l’utilisation du logiciel Pegasus sur les citoyens israéliens

Le contrôleur du gouvernement, Matanyahu Englman, a déclaré mardi qu’il enquêterait sur l’utilisation présumée de logiciels espions sophistiqués sur des citoyens israéliens, y compris des manifestants opposés à l’ancien Premier ministre Benyamin Netanyahou, à la suite d’un article de journal sur la surveillance. Dans un communiqué, le bureau du contrôleur indique qu’il est engagé depuis plusieurs semaines dans un examen de l’utilisation de la technologie par la police dans ses opérations d’application de la loi. « Dans le cadre de cet examen, l’utilisation alléguée de logiciels, y compris les logiciels NSO, pour pirater les téléphones portables des citoyens sera examinée. »

Le journal économique israélien Calcalist a rapporté mardi qu’en 2020, la police avait utilisé le logiciel espion NSO Pegasus pour surveiller les dirigeants des manifestations contre Netanyahou, qui était alors Premier ministre. Il a afirmé que ces dernières années, la police avait également piraté les téléphones de deux maires en exercice soupçonnés de corruption et de nombreux autres citoyens israéliens, le tout sans ordonnance du tribunal ni surveillance d’un juge.

Channel 12 a rapporté mardi soir que la police avait également utilisé des logiciels espions d’une deuxième cyberentreprise israélienne, Cellebrite, pour pirater les téléphones des gens. Au moins un manifestant actif dans le mouvement pour évincer Netanyahou a trouvé un logiciel espion Cellebrite sur son téléphone, selon le rapport. Le bureau du contrôleur a noté les problèmes de confidentialité liés à l’utilisation de tels moyens, ainsi que le danger que les données privées des personnes tombent entre les mains de tiers.

Gabriel Attal