La Radio Juive

La Cour suprême des États-Unis va devoir statuer sur un tableau de Pissarro pillé par les nazis

La Cours Suprême des Etats-Unis. (Crédit : DR)

Le différent oppose depuis 15 ans l’héritier de la propriétaire du tableau et un musée espagnol.

L’affaire elle-même ne concerne pas directement la propriété du tableau, mais la manière de trancher l’affaire, qui dure depuis 2005. Les instances judiciaires inférieures avaient pris le parti du musée. En 1939, afin d’obtenir des visas pour elle et son mari pour quitter l’Allemagne, Lilly Cassirer Neubauer a été forcée de remettre la pièce à un évaluateur d’art nazi. Elle a été payée environ 360 dollars, bien en dessous de la valeur de la peinture, et l’argent a été versé sur un compte auquel elle n’a pas pu accéder.

Même David Cassirer, l’arrière-petit fils de Lily gagne devant la Haute Cour aux Etats-Unis et qu’il a le soutien de l’administration Biden, elle n’a pas de compétence internationale. Et les tribunaux inférieurs ont conclu que le musée était le propriétaire légitime du tableau tout en critiquant l’Espagne pour ne pas avoir respecté ses engagements de restituer l’art pillé par les nazis.

La pièce de 1897, dont le titre se traduit par « Rue Saint-Honoré dans l’après-midi, effet de la pluie », fait partie d’une série de 15 que Pissarro a peintes d’une rue de Paris vue de la fenêtre de son hôtel. Le tableau a changé de mains à plusieurs reprises depuis lors, mais il fait désormais partie de la collection d’un musée espagnol, le musée national Thyssen-Bornemisza de Madrid, qui s’est battu pour le conserver. On dit qu’il vaut plus de 30 millions de dollars.

ES

LE 19-01-22 - 11:27