(Crédit : DR)

Ilan Greilsammer sur Radio J : « Du point de vue de Netanyahou, c’est éviter un procès qui va durer »

Le professeur de Sciences politiques à l’université Bar Ilan de Tel Aviv, Ilan Greilsammer, était l’invité d’Ilana Ferhadian dans le Grand Journal de Radio J ce lundi après-midi. Il est revenu sur l’accord de plaidoyer dont a parlé la presse israélienne entre Benyamin Netanyahou et le procureur général de l’Etat, Avichai Mandelblit dans le cadre des affaires (1000, 2000, 4000) dont fait l’objet l’ancien Premier ministre. « Tout le monde parle de la possibilité que Benyamin Netanyahou demande au procureur de l’Etat de signer un accord. Qu’est ce que cet accord ? Du côté du procureur de l’Etat cela signifierait un Netanyahou qui n’aurait pas de procès, n’irait pas en prison, qui ne ferait que quelques mois de service d’intérêt général mais qui aurait cette marque d’infâmie existant dans le système judiciaire israélien, le kalom. C’est une marque d’infâmie de quelqu’un qui reconnaît s’être mal comporté, avoir commis des malversations. La conséquence politique est très grave puisque cette personne ne pourra pas se représenter à un poste électif pendant les sept prochaines années. Netanyahou ayant 73 ans actuellement, cela voudrait dire qu’il serait hors de la vie politique avant ses 80 ans, disons le carrément, cela veut dire que du point de vue du procureur de l’Etat il accepterait de reconnaître que dans les affaires 1000 et 4000 il a fauté et ne pourrait plus se représenter. Du point de vue de Netanyahou, c’est éviter un procès qui va traîner en longueur, qui sera extrêmement cher, qui risque de se finir par la prison, s’il est condamné. Chacun doit y trouver son intérêt. Est-ce que Netanyahou va se tourner vers cet accord ? C’est la grande question mais les conséquences politiques risquent d’être énormes », a déclaré Ilan Greilsammer.

Gabriel Attal