(Crédit : ministère israélien de la Défense)

Des Palestiniens entrant illégalement en Israël pour visiter des sites touristiques

Les entreprises touristiques palestiniennes à Ramallah profitent d’une brèche dans la barrière frontalière pour organiser des centaines de visites en Israël pour les Palestiniens. Ce qui a commencé comme des visites sur les plages israéliennes s’est étendu à des visites de destinations touristiques populaires avec une publicité massive sur les réseaux sociaux et des entreprises annonçant ouvertement des voyages en raison d’une brèche dans la barrière frontalière dans la région de Modi’in Illit ou de Samarie. 

Une  enquête du Israël Hayom a révélé que les « touristes » sont amenés à la clôture dans un bus palestinien, traversent la brèche à pied et montent dans un bus israélien qui les attend de l’autre côté. D’autres fois, un bus israélien les récupère à une destination convenue à l’avance, les dépose à la brèche, franchit légalement un poste de contrôle et récupère les visiteurs de l’autre côté.  Les déplacements ont augmenté depuis novembre. Pour des raisons inconnues, les autorités – qui étaient au courant des actions illégales – n’ont pas empêché les événements. Les destinations incluent la montagne Hermon, Rosh Hanikra, Jérusalem, le mont du Temple, Jaffa, Haïfa, Lod et Tibériade. 

« Il est troublant de voir comment l’establishment de la défense ferme les yeux sur les questions de sécurité et autorise des milliers de Palestiniens à entrer en Israël par des brèches dans la clôture », a déclaré Matan Peleg, PDG de l’ONG de droite Im Tirtzu. « Sur le plan démographique, c’est aussi un désastre, car il n’y a personne pour vérifier qui entre et qui sort. Les implications pour la sécurité sont désastreuses : les voyageurs chantent des chansons de l’Intifada et élèvent leurs enfants dans le cadre de l’héritage nationaliste palestinien. L’establishment de la défense doit arrêter la célébration. des voyages de nakba qui appellent explicitement à la destruction d’Israël de l’intérieur. »

Gabriel Attal