(Crédit: DR Rudy Waks)

Face à la pandémie de coronavirus, la responsabilité communautaire, la chronique d’Elie Korchia

Elie Korchia, Président du Consistoire de France et avocat au barreau de Paris, était au micro d’Ilana Ferhadian, ce vendredi matin à 7h20 dans le Morning de Radio J pour sa chronique hebdomadaire. Il est revenu sur les mesures décidées cette semaine par le Consistoire de France suite aux annonces gouvernementales visant à faire face à la pandémie de coronavirus et la propagation du variant Omicron. « Nous sommes dans une vague pandémique totalement incroyable. On a dépassé les 200 000 cas positifs cette semaine. Nous attendions les annonces du gouvernement pout nous positionner sachant que si les cultes ne sont pas directement concernés par le pass sanitaire, ce n’est pas pour autant que nous n’avons pas une responsabilité communautaire. Depuis le début de cette pandémie, nous avons toujours tenu à ce qu’un protocole soit en place dans nos synagogues, protocole qui a été parfaitement respecté grâce au travail de nos dirigeants de communautés, de nos rabbins et de nos fidèles, qui ont joué le jeu. ‘Tu protègeras la vie de ton prochain ; tu aimeras ton prochain comme toi même’, nous enseigne la Torah. Notre communauté a été touchée lors de la première phase de la pandémie – notamment à Pourim – en 2020. Suite aux annonces du gouvernement de ce lundi soir, j’ai lancé dès mardi une concertation avec des responsables communautaires et j’ai aussi pris l’attache de l’AMIF (association de médecins juifs de France). Dès mercredi midi, nous avons ensuite pris avec le Grand Rabbin de France, Haïm Korsia, nos responsabilités en communiquant une actualisation de notre protocole sanitaire. (…) A partir du moment où tous les restaurants, bars, cafés doivent interdire la consommation debout – parce qu’on sait qu’il y a de la promiscuité et un risque important de contamination – nous préconisons dans l’ensemble de nos synagogues la suspension des kiddouchs, apéritifs, buffets, lors desquels nous nous rencontrions notamment le samedi matin avec du monde et une promiscuité qui n’est plus possible pour les 3 semaines qui viennent. Concernant la seouda chlichit du Chabbat après-midi, elle peut être maintenue en l’état car elle se fait de façon assise, à table et avec une assiette individuelle. Pour les événements de type familial (hazkara, brit mila, bar mitsva), nous préconisons une box individuelle qu’il est possible d’offrir et de consommer à l’extérieur. Dans le cas où l’événement doit se faire sur place, nous préconisons que cela soit effectué obligatoirement à table avec assiette individuelle et avec aussi une vérification préalable du pass sanitaire afin d’éviter toute contamination », a déclaré Elie Korchia.

Le président du Consistoire de France a conclu sa chronique comme chaque semaine par un conseil de lecture, consacré au roman graphique « Deux hivers, un été » publié par la Boîte à bulles avec le soutien de la Fondation pour la mémoire de la Shoah. « C’est un très beau roman graphique qui raconte l’histoire d’une jeune fille pendant la seconde Guerre Mondiale, Wally Dantzig. Née en 1926, elle a plusieurs frères et soeurs et a 16 ans en 1942 lors de la rafle du Vel d’Hiv, suite à laquelle elle doit partir se cacher à côté de Grenoble pour survivre. Ce livre est passionnant car c’est le parcours de vie d’une jeune adolescente et on la suit dans ses – nombreuses – pérégrinations tout au long de la Seconde Guerre Mondiale. J’ai trouvé remarquable la qualité du scénario mais également du dessin d’Antoine Houcke, qui réalise notamment un très beau travail au niveau du traitement des couleurs selon les différentes périodes décrites », a ajouté Elie Korchia.

Gabriel Attal