(Crédit: ministère des Affaires étrangères)

Yaïr Lapid expose les conditions d’Israël à un accord nucléaire iranien

Le ministre israélien des Affaires étrangères, Yaïr Lapid, a exposé ce lundi les conditions d’Israël pour soutenir un accord nucléaire avec l’Iran. S’exprimant au début d’une réunion de la commission des affaires étrangères et de la défense de la Knesset lundi alors que les pourparlers entre les puissances européennes et l’Iran ont repris à Vienne, Lapid a affirmé qu’Israël ne s’opposait pas aux négociations en vue d’un nouvel accord avec l’Iran, mais a souligné que tout accord doit inclure une véritable surveillance du programme nucléaire iranien et du financement du terrorisme.

« Aujourd’hui, les pourparlers nucléaires reprennent à Vienne », a indiqué Lapid. « L’arrêt du programme nucléaire iranien est le principal défi de la politique étrangère et de sécurité israélienne. » « Ces derniers mois, nous avons engagé un dialogue intensif avec tous les pays impliqués dans ces négociations. Naturellement, principalement avec les États-Unis, mais pas seulement. J’ai voyagé à Moscou, Paris, Londres et, bien sûr, Washington. Nous avons dit clairement à tout le monde : Israël ne laissera pas l’Iran devenir un État au seuil nucléaire. Certes, nous préférons agir par la coopération internationale, mais si nécessaire – nous nous défendrons, par nous-mêmes », a ajouté le chef de la diplomatie israélienne.

« Nous avons présenté à nos alliés des renseignements assez clairs. Pas seulement des opinions et des positions, mais des renseignements qui prouvent que l’Iran trompe systématiquement le monde. » « Tout ce dont l’Iran se soucie, c’est de la levée des sanctions, permettant à des milliards de dollars de verser dans son programme nucléaire, le Hezbollah, la Syrie, l’Irak et le réseau terroriste qu’ils ont déployé dans le monde. Israël ne s’oppose à aucun accord. Un bon accord est une bonne chose. Nous nous opposons à un accord qui ne promet pas une véritable surveillance du programme nucléaire iranien et du réseau financier et terroriste iranien. »

Gabriel Attal