(Crédit : capture d'écran YouTube)

Une nouvelle traduction de ‘Bambi’ révèle les prémices de l’antisémitisme en Autriche

Le film d’animation « Bambi » de 1942 a charmé des générations et a consolidé son statut de classique du cinéma. Cependant, le conte a une origine plus sombre, datant de l’antisémitisme des années 1920 en Autriche. Une nouvelle traduction cherche à présenter le texte original comme une parabole préfigurant le sort des Juifs pendant la Shoah, selon The Guardian. S’écartant de la version quelque peu aseptisée que le public connaît, le nouveau texte vise à clarifier les nuances politiques et sociétales qui ont inspiré la version originale. La nouvelle édition sera publiée par Princeton University Press et publiée aux États-Unis le 18 janvier 2022, traduite par Jack Zipes, professeur émérite de littérature allemande et comparée à l’Université du Minnesota, et illustrée par Alenka Sottler.

Felix Salten, petit-fils d’un rabbin né en Autriche-Hongrie en 1869, a écrit l’histoire emblématique et poignante du faon endeuillé par sa mère par des chasseurs en 1922, sous le titre « Bambi : une vie dans les bois ». Salten était un produit de l’épanouissement culturel dans la capitale de l’empire austro-hongrois au tournant du 20e siècle, un écrivain prolifique qui a évolué dans les mêmes cercles que Sigmund Freud, le père de la psychanalyse. Mais sous les attributs de prestige et de privilège accordés à Salten, un sombre courant d’antisémitisme balayait l’Autriche, une tendance qu’il a reprise et qui a influencé son écriture pendant qu’il préparait cet ouvrage.

« Le côté le plus sombre de ‘Bambi’ a toujours été là », a expliqué Zipes au Guardian. « Mais ce qui arrive à Bambi à la fin du roman a été caché, dans une certaine mesure, par la société Disney qui a repris le livre et en a fait un film pathétique, presque stupide sur un prince et une famille bourgeoise. »

Gabriel Attal