(Crédit : DR)

Le nouveau président chilien inquiète la communauté juive, la chronique de Richard Prasquier

L’élection de Gabriel Boric le 19 décembre à la Présidence du Chili suscite l’inquiétude d’une communauté juive qui compte 18 000 personnes, a jusque-là vécu sans souci dans un pays considéré comme le plus européen d’Amérique latine et dont la situation apporte quelques éclairages sur la nôtre.

Il y a deux ans, cette communauté avait envoyé à Boric un pot de confiture pour Rosh Hachana. A quoi il avait répondu: « Merci pour le geste, mais vous pourriez commencer par demander à Israël de quitter le territoire palestinien qu’il occupe illégalement ».

Interrogé au cours de la campagne actuelle, il a maintenu qu’ Israël était un état génocidaire et assassin. Inutile de préciser qu’il soutient la campagne BDS.

Les institutions juives, très sionistes au Chili, ne peuvent plus qu’espérer que la parole du nouveau Président soit seulement un peu exaltée, qu’il dit «génocide» quand il pense seulement à « manque de respect des Droits de l’Homme » et qu’au fond il ne soit pas antisémite. Mais pour sa position à l’égard d’Israël, pas d’illusion à entretenir….

Le communiste Daniel Jadue, proche de Boric et son rival aux primaires de leur parti, une coalition de groupuscules d’extrême gauche, a été pointé par le Centre Simon Wiesenthal comme antisémite de l’année en raison de commentaires humoristiques sur l’extermination des Juifs. Il se défend en prétendant qu’il ne peut pas être antisémite puisqu’il est sémite lui-même. Jadue est en effet d’origine palestinienne. Sa défense est un aveu.

Pas étonnant que chez les Chiliens de l’étranger, Israël soit le seul pays où Boric n’a pas obtenu la majorité des voix au second tour.

Pourtant, ceux qui ont voté pour son concurrent, José Antonio Kast, ne l’ont pas forcément fait de gaité de cœur. Le père de ce dernier, son héros dit-il, venu au Chili après guerre, était un nazi. Quant à Kast lui-même, catholique ultra-conservateur, grand admirateur de Pinochet, il s’était inscrit au groupe parlementaire d’amitié Chili- Israël. Rien n’est simple….

Pourquoi, dans ce pays éduqué et raisonnable, le deuxième tour a-t-il mis en présence deux candidats aussi improbables, l’un à l’extrême-gauche, l’autre à l’extrême-droite? Mélenchon contre Zemmour?

Les partis traditionnels avaient éparpillé leurs représentants. Les alliances et ruptures d’un côté, la nouveauté et la faconde médiatique de certains candidats de l’autre, expliquent le score du 1er tour. Et c’est ainsi qu’un homme de 35 ans, ancien dirigeant étudiant qui n’a jamais fini ses études est devenu un inattendu président.

C’est aussi que les dirigeants politiques de l’ère post Pinochet, aussi bien la socialiste Michelle Bachelet, aujourd’hui Haut Commissaire aux Droits de l’Homme à l’ONU, que son successeur mais aussi prédécesseur puis de nouveau successeur, le richissime Sebastian Pinera, étaient les cibles d’une forte volonté de sortir les sortants. Car le Chili avait beau avoir retrouvé la démocratie, il avait gardé sa Constitution néo-libérale et était devenu le pays le plus inégalitaire de l’OCDE avec notamment une forte dégradation des conditions de vie étudiantes.

C’est de là qu’est venue l’élection de Gustavo Boric. Bien sûr, celui-ci a aussi récité le bréviaire de tout candidat progressiste qui se respecte: discours sur le genre, intersectionalité des luttes et stigmatisation d’Israël. Rien de nouveau sous le soleil. L’immense majorité de ses électeurs sont indifférents à cette partie de son programme, mais tous subiront l’ensemble.

Tous les espoirs sont donc permis à l’UNEF de Grenoble qui a fait licencier un professeur qui n’avait pas obtempéré à la vulgate islamo-gauchiste. Il existe au Chili, depuis l’époque turque, une population d’origine palestinienne, aujourd’hui active et puissante d’au moins 500 000 personnes. Parmi eux, certains, comme Daniel Jadue, sont en tête de gondole des manifestations antisionistes.

Mais pas de confusion, il ne s’agit pas d’islamo-gauchisme, puisque la plupart de ces Palestiniens sont chrétiens et marxistes. C’est le modèle FPLP. Nous en connaissons aussi les délices….

Richard Prasquier