(Crédit : DR)

Des élus américains appellent à des sanctions contre la société de logiciel espion israélienne NSO

Un groupe de législateurs américains a appelé mardi 14 décembre les Départements d’Etat et du Trésor à sanctionner la société israélienne pour avoir des régimes autoritaires à commettre des violations des droits humains.

NSO a vendu un logiciel qui a permis d’espionner des journalistes, des hommes politiques et des dirigeants de sociétés à travers le monde via leurs téléphones portables. La société de cybersécurité des Émirats arabes unis, DarkMatter, et les sociétés européennes de surveillance en ligne Nexa Technologies et Trovicor sont aussi concernés.

La lettre a été signée par les présidents des Commissions des finances du Sénat et du renseignement de la Chambre. Selon ces élus, ces entreprises ont facilité la « disparition, la torture et le meurtre de militants des droits humains et de journalistes ». L’industrie des logiciels espions dépendant des investissements et des banques américains, et « pour les punir de manière significative et envoyer un signal clair à l’industrie des technologies de surveillance, le gouvernement américain devrait déployer des sanctions financières ».

NSO serait actuellement en grande difficulté, des difficultés aggravées par les poursuites judiciaires lancées par Apple. La marque à la pomme a porté plainte contre le groupe pour avoir ciblé des utilisateurs et réclamé une injonction permanente contre la société israélienne. Début novembre, Washington a déjà placé, début novembre, NSO sur sa liste d’entreprise interdite en tant que menace pour la sécurité intérieure des Etats-Unis.

ES