La Radio Juive

Meyer Habib sur Radio J : « Les 35% de Français qui votent Le Pen, Zemmour ou Dupont-Aignan ne sont pour la plupart ni racistes ni antisémites »

(Crédit: DR)

Meyer Habib, Député UDI de la 8e circonscription des Français de l’étranger, était au micro de  Christophe Barbier ce mardi matin dans l’émission « Le Barbier du matin » à 7h45 sur Radio J.

Le député est tout d’abord revenu sur la situation de Claude Guéant, ex-ministre de  l’Intérieur, emprisonné parce qu’il n’arrive pas à payer ce qu’il doit à la justice. « Est-ce que l’on avait besoin de le mettre en prison et de l’humilier : je n’en suis pas persuadé. Quand on sait que l’assassin de Sarah Halimi est en unité de soins et ne sera jamais en prison… », a-t-il déclaré.  

Emmanuel Macron a rendu visite au dirigeant nationaliste Viktor Orban en Hongrie. Une visite justifiée pour Meyer Habib. « Orban a des élections en avril, Macron va aussi passer devant les électeurs et il veut récupérer des électeurs à droite. C’est gagnant-gagnant », a-t-il affirmé.  

Par une résolution, votée et adoptée la semaine dernière par 129 pays dont la France (contre 11 votes contre et 31 abstentions), l’ONU nie tout lien juif avec le mont du Temple,  qu’elle nomme désormais uniquement par son toponyme musulman : al-Haram al-Sharif. « Le vote de la France est négationniste. C’est aussi une gifle à la face de tous les Chrétiens du monde. C’est un cadeau que l’on fait aux Islamistes. La France va faire que le  site le plus sacré du Judaïsme soit un site exclusivement musulman. J’écris au président  de la République », a indiqué Meyer Habib.  

Sur la percée de l’extrême-droite dans la campagne présidentielle, le député des Français  de l’étranger estime qu’il faut à tout prix éviter la diabolisation. Les 35% de Français qui  votent Le Pen, Zemmour ou Dupont-Aignan ne sont pour la plupart ni racistes ni  antisémites. J’ai un problème immense avec Zemmour sur Pétain, mais je ne veux pas le diaboliser ».  

Enfin, Meyer Habib a réaffirmé son soutien à Valérie Pécresse pour l’élection  présidentielle de 2022. « Pour avoir amené Valérie Pécresse au Mur des Lamentations, j’ai bon espoir de la convaincre de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël. Je suis  persuadé que nous trouverons vite un accord entre l’UDI et Valérie Pécresse », a-t-il  argumenté.

Alexandra Senigou

LE 14-12-21 - 10:23