(Crédit: DR)

Check Point Software, une firme israélienne qui mérite les honneurs ? La chronique de Daniel Rouach

Le Groupe Check Point (5200 employés) a inauguré très récemment à Tel-Aviv University un magnifique building qui se trouve au cœur du Campus. Enorme et invisible! Une véritable prouesse architecturale.

Check Point (2 Milliards de $ de C.A.) est un acteur clé du hightech israélien. Les patrons de ce groupe n’ont jamais voulu vendre la firme à IBM, Google… et d’autres. Ce groupe représente une véritable fierté nationale. Aucun souci d’éthique comme l’israélien NSO qui est en train de se désagréger. Pas une affaire de corruption. Pas de mélange explosif business-politique.

On m’a demandé récemment de faire une conférence sur les relations entre le Maroc et Israël. Elle aura lieu le 11 Janvier 2022 à Paris. Je vais mettre en avant la société israélienne Check Point qui a ouvert au Maroc une filiale et qui a des ambitions très réelles.

Check Point Software Technologies protège les hôpitaux d’attaques de hackers. Le coronavirus a provoqué une panique généralisée dans de nombreuses régions du monde mais de nouvelles recherches de la firme « Check Point » en Israël révèlent que les hackers profitent de l’épidémie.

Check Point est un fournisseur mondial de services de Sécurité du système d’information très présent en France et en Europe.  Check Point est un pionnier des pare-feu avec FireWall-1 et sa technologie brevetée « stateful inspection ».

La société développe, commercialise et supporte une large gamme de logiciels qui couvrent tous les aspects de la sécurité des technologies de l’information, y compris la sécurité réseaux, la sécurité des postes client, la sécurité des données et la gestion de la sécurité.

Check Point a été créé en 1993, par Gil Shwed, l’actuel CEO, à l’âge de 25 ans, avec deux de ses amis, Marius Nacht et Shlomo Kramer (qui a quitté Check Point et crée Imperva en 2003.

Gil Shwed est un ingénieur logiciel et entrepreneur : « Check Point, l’une des plus grandes entreprises technologiques d’Israël et la plus grande société de cybersécurité pure-play au monde ». Shwed a 53 ans et habite Jérusalem. Il est le Premier lauréat du prix Israël « High Tech ». Sa Fortune personnelle : 2,9 milliards USD (2021) Forbes.

En 1998, Check Point avait établi un partenariat avec Nokia, ce qui avait permis d’intégrer le logiciel de Check Point dans les ordinateurs du fabriquant. Durant les années 2000, Check Point a commencé l’acquisition de sociétés de sécurité informatique aboutissant à l’acquisition de l’unité de sécurité réseau de Nokia en 2009, un peu plus de 10 ans après le premier partenariat avec cette entreprise.

Israël est considéré comme l’un des principaux pôles mondiaux d’expertise et d’innovation dans le domaine de la cyber-sécurité. Le secteur est constitué d’environ 350 entreprises parmi lesquelles quelques leaders mondiaux (Checkpoint), de nombreuses startups et de centres technologiques de multinationales, principalement américaines (IBM, Paypal, Microsoft, Cisco, etc.). des dizaines d’exits de startups israéliennes de la cyber ont été réalisées pour un montant total avoisinant une dizaine de Milliards de dollars $.

Selon Keyrus :  « On constate que les méthodes employées par les cybercriminels sont de plus en plus sophistiquées. Cette menace, couplée à la multiplication des équipements, objets connectés, cloud et serveurs, incite les fabricants et les développeurs à mettre en place une sécurité native dès la conception des produits et des applications. La cybersécurité reste au cœur des préoccupations à la fois pour les utilisateurs, les entreprises, et les états ».

LE PLUS. Le co-fondateur de Check Point, Marius Nacht, a décidé de se désinvestir de son entreprise pour financer le fonds d’investissement aMoon et un réseau dédiés à la recherche et aux technologies de santé, 8400 Health Service. 

Très ému par le décès de son père des suites d’un cancer, Marius Nacht a voulu prendre un nouveau départ en utilisant à bon escient son succès dans le monde des affaires. Il s’est alors décidé à investir plus de 300 millions de dollars dans le Med-tech et en particulier dans un fonds d’investissement appelé aMoon, « créé pour investir dans des innovations révolutionnaires visant à accélérer le traitement des maladies mortelles et à faciliter les économies d’échelles sur les coûts de santé à l’échelle mondiale ».

Daniel Rouach