(Crédit: DR)

Nouvelles sanctions américaines contre l’Iran alors que les négociations sur le nucléaire patinent

Les États-Unis ont imposé de nouvelles sanctions à une douzaine de responsables et d’entités iraniens pour de « graves » violations des droits humains mardi 7 décembre, quelques jours après l’arrêt des pourparlers nucléaires avec Téhéran sans aucun signe de progrès. Les sanctions annoncées par le Trésor américain et le Département d’État visaient des représentants du gouvernement et des organisations impliquées dans la répression des manifestants et des militants politiques, ainsi que des prisons où les militants étaient détenus dans des conditions brutales.

Le Trésor a également placé plusieurs responsables syriens sur sa liste noire des sanctions pour leur rôle dans la répression politique et les attaques au gaz chimique, et le chef du renseignement militaire ougandais a été frappé de sanctions pour abus extrême de personnes arrêtées en raison de leur nationalité ou de leurs convictions politiques. L’annonce est intervenue avant le Sommet pour la démocratie organisé à Washington plus tard cette semaine, présenté comme une incitation à promouvoir des sociétés plus libres et plus ouvertes. « Les États-Unis se sont engagés à promouvoir la démocratie et la responsabilité de ceux qui violent les droits humains dans le monde », a affirmé le secrétaire d’État américain Antony Blinken dans un communiqué. « Les États-Unis utiliseront toute leur gamme d’outils pour mettre en évidence et perturber ces violations des droits de l’homme », a-t-il ajouté.

Gabriel Attal