(Crédit: DR)

80 Rafale (Dassault) vendus aux Emirats. Israël, impliqué dans la vente? La chronique de Daniel Rouach

VENTE SURPRISE. La visite récente officielle du président Emmanuel Macron à Abu Dhabi a donné lieu à une surprise. En effet, les Émirats arabes unis ont signé une commande ferme de 80 Rafale. Il s’agit de la commande la plus importante jamais signée par Dassault Aviation. Les premiers Rafale seront livrés à la force aérienne émiratie à partir de 2027. Et les livraisons s’étaleront jusqu’en 2031.

Cette vente n’aurait probablement pas pu avoir lieu sans les accords (formels/informels) des Etats-Unis et… d’Israël (aucun document public connu d’IsraelValley le confirme) qui a signé un accord de Paix avec Les Emirats. Les deux États avaient annoncé le futur établissement de leurs relations diplomatiques par un accord de paix conclu le 13 août 2020 et formellement signé le 15 septembre 2020.

La technologie américaine (composants électroniques sophistiqués) fait partie intégrante du Rafale, et un accord a donc probablement eu lieu entre Américains et Français pour ne pas bloquer la vente (1). A noter : Israël n’a fait aucune déclaration contre cette vente.

(1) Les négociations pour la vente de Rafale entre la France et l’Egypte avaient été freinées dans le passé par Washington. Les Etats-Unis refusaient en effet l’exportation d’un composant américain.

Industriels israéliens, à partir de filiales aux Etats-Unis le plus souvent, et français collaborent sur le Rafale. La profondeur de la coopération est secrète. Ce qui est certain : Les Emirats ont certainement (notre hypothèse) vérifié que les israéliens apprécient vraiment le Rafale qui avait été rejeté dans le passé par de nombreuses armées du monde.

CONSCLUSIONS :

CONSTATATION 1.  LE RAFALE EST CONNU DES ISRAELIENS. Dans un média de la Marine française en 2020 :  « Mission Foch : Des Rafale Marine ont participé à un exercice de combat aérien avec des F-16I israéliens.

Les équipes de France et Israël comprenaient des pilotes israéliens et français. Dans le Times of Israel. qui nous citons : « Cela nous a permis de voler à la fois avec eux et contre eux, en essayant toutes les options, a expliqué un pilote israélien. Cet exercice conjoint visait notamment à renforcer « la coopération entre la force aérienne israélienne et la Marine nationale française et à entraîner les pilotes de l’escadron 107 et les opérateurs de contrôle aérien de l’escadron 122, a souligné l’état-major israélien.

CONSTATATION 2. ELBIT ET LE RAFALE COOPERENT. Un contrat de 2 milliards d’euros a été notifié à Dassault Aviation par l’armée française pour le développement du Rafale. Selon Dassault : « En tant qu’architecte industriel, nous aurons la responsabilité de mettre en œuvre des solutions de connectivité innovantes afin d’optimiser l’efficacité de notre avion dans le combat en réseau, c’est à  dire nouvelles liaisons satellite et intra-patrouille, serveur de communication, radio logicielle ».

Les appareils Rafale qui avaient été vendus au Qatar (ce sera le cas certainement pour la vente aux aux Emirats) ont été équipés, avec le système Targo II de Elbit Systems (Israël). Un tel système affiche sur la visière de protection du casque porté par le pilote toute les informations nécessaires au pilotage et/ou à la réalisation de sa mission.

Le viseur de casque permet de superposer des informations nécessaires au pilotage, à la navigation ou à la réalisation de la mission sur une visière en plexiglas intégré au casque. Il permet au pilote de surveiller son environnement en même temps que des informations fournies par ses instruments de bord. Le pilote peut orienter sa tête vers la cible qu’il veut accrocher. Ce système permet l’accrochage de la cible très rapidement.

L’armée de l’air du Qatar a acheté son casque de pilote intelligent pour ses pilotes de chasse F-15 à la société israélienne Elbit, après une expérience réussie acquise par ses pilotes sur l’avion de chasse Rafale, fabriqué en France.

Éric Trappier le PDG de Dassault a « remercié les autorités émiriennes du renouvellement de leur confiance dans nos avions ». Et de souligner que, « après les Mirage 5 et les Mirage 2000, ce contrat Rafale vient consacrer la relation stratégique qui unit nos deux pays et la satisfaction de l’armée de l’Air des Émirats arabes unis, partenaire historique et exigeant de notre société ».

La commande signée par les Émirats arabes unis vient après celles notifiées par la Grèce [18 avions et six autres en attente], l’Égypte [30 exemplaires] et la Croatie [18 appareils d’occasion]. Par ailleurs, outre ce contrat concernant les Rafale, les Émirats arabes unis ont également commandé 12 hélicoptères de manoeuvre Caracal auprès d’Airbus Helicopters. Ces appareils seront entièrement produits et assemblés à Marignane. « Une excellente nouvelle qui pérennise des centaines d’emplois en France », a fait valoir Mme Parly.

LE PLUS.

Les fabricants d’armes émiratis et israéliens ont signé récemment un accord stratégique à Dubaï pour concevoir conjointement des navires sans pilote capables de mener une guerre anti-sous-marine.

Le conglomérat de défense des Émirats arabes unis EDGE et son homologue israélien Israel Aerospace Industries (IAI), qui sont toutes les deux des sociétés publiques, ont annoncé ce partenariat au dernier jour du salon aéronautique de Dubaï.

Dans une déclaration commune, les entreprises ont indiqué qu’elles concevraient les navires de service sans pilote modulaires avancés « 170 M », qui pourraient être utilisés à des fins militaires et commerciales.

Daniel Rouach