La Radio Juive

Le variant Omicron présente un risque « très élevé » au niveau mondial, estime l’OMS

(Crédit: DR)

Le variant Omicron est susceptible de se propager à l’échelle internationale, posant un risque mondial « très élevé » où les poussées de coronavirus pourraient avoir de « graves conséquences » dans certaines régions, a déclaré ce lundi l’Organisation mondiale de la santé (OMS). L’agence des Nations Unies, dans des conseils techniques à ses 194 États membres, les a exhortés à accélérer la vaccination des groupes hautement prioritaires et à « s’assurer que des plans d’atténuation sont en place » pour maintenir les services de santé essentiels. « Omicron a un nombre sans précédent de mutations de pointe, dont certaines sont préoccupantes pour leur impact potentiel sur la trajectoire de la pandémie », a affirmé l’OMS. « Le risque global lié au nouveau variant préoccupant Omicron est évalué comme très élevé. »

À ce jour, aucun décès lié au variant Omicron n’a été signalé, bien que des recherches supplémentaires soient nécessaires pour évaluer le potentiel d’Omicron à échapper à la protection contre l’immunité induite par les vaccins et les infections précédentes, a indiqué l’OMS. « Des cas et des infections de Covid-19 sont attendus chez les personnes vaccinées, bien que dans une proportion faible et prévisible », a-t-il ajouté. « L’augmentation des cas, quel que soit le changement de gravité, peut poser des exigences écrasantes sur les systèmes de santé et peut entraîner une augmentation de la morbidité et de la mortalité. L’impact sur les populations vulnérables serait substantiel, en particulier dans les pays à faible couverture vaccinale. » Le variant a été signalé pour la première fois à l’OMS le 24 novembre en provenance d’Afrique du Sud, où les infections ont fortement augmenté. Il s’est depuis propagé dans le monde entier, avec de nouveaux cas trouvés aux Pays-Bas, au Danemark et en Australie alors même que de plus en plus de pays imposaient des restrictions de voyage pour tenter de se fermer.

Gabriel Attal

LE 29-11-21 - 11:25