(Crédit: DR)

Yossi Cohen affirme que des frappes israéliennes sur les sites nucléaires iraniens « doivent être sur la table »

L’ancien chef du Mossad, Yossi Cohen, a déclaré jeudi 25 novembre que l’option d’une frappe militaire israélienne sur les sites nucléaires iraniens devait être sérieusement envisagée, quelques jours avant la reprise des pourparlers nucléaires entre Téhéran et les puissances occidentales. « Des frappes indépendantes sur des sites nucléaires, si l’Iran emprunte cette voie qui met notre existence en danger, devraient et doivent être sur la table – sans équivoque », a affirmé l’ancien responsable au site d’information Ynet.

« Un bon accord pourrait empêcher l’Iran de parvenir à une bombe, et un mauvais accord comme celui signé dans le passé ne peut pas le faire parfaitement », a indiqué Yossi Cohen, alors que les pourparlers parrainés par l’Europe pour tenter de signer un nouvel accord avec Téhéran après le l’affaiblissement de l’accord précédent de 2015 devrait reprendre lundi 29 novembre. « En fin de compte, nous devons retirer les capacités de l’Iran parce que nous ne pourrons pas lui retirer ses motivations », a t-il ajouté.

Le député Ram Ben-Barak, ancien chef adjoint de l’agence d’espionnage et actuellement président de la puissante commission des affaires étrangères et de la défense de la Knesset, a déclaré vendredi que si les puissances mondiales s’entendaient sur un accord similaire à celui de 2015, cela n’empêcherait pas l’Iran de devenir un état de seuil nucléaire. « C’est inacceptable pour Israël. Nous mettons les Américains en garde contre cela et leur disons que nous ne le tolérerons pas », a déclaré Ben-Barak à la radio militaire. Ben-Barak, comme Cohen, a également indiqué que des frappes militaires étaient envisagées, mais « ne devraient être utilisées que lorsqu’il n’y a pas le choix ». « Je pense que les Européens sont moins enthousiastes à ce sujet », a-t-il lâché. « Quand vous arrivez aux négociations sans craindre que la situation ne se détériore, vous arrivez très fort. Vous devez faire comprendre aux Iraniens qui sont ici la véritable puissance », a expliqué Ben-Barak.

Gabriel Attal