(Crédit: DR)

Joe Biden invite Israël au sommet global sur la démocratie

Joe Biden a invité Taïwan à un sommet virtuel sur la démocratie aux côtés de plus de 100 pays – une décision qui ne manquera pas de mettre en colère la Chine, qui ne figure pas sur la liste. La conférence était un engagement de campagne du président américain, qui a placé la lutte entre les démocraties et les « gouvernements autocratiques » au cœur de sa politique étrangère.

Le « Sommet pour la démocratie » aura lieu en ligne les 9 et 10 décembre avant une réunion en personne lors de sa deuxième édition en 2022. La réunion a été longtemps annoncée, mais la liste des invités – publiée mardi sur le site Web du département d’État – sera scrutée de près. Sans surprise, les principaux rivaux des États-Unis, la Chine et la Russie, n’y figurent pas. La Turquie, un allié des États-Unis dans l’OTAN dont le président Recep Tayyip Erdogan a été qualifié d’« autocrate » par Biden, ne figurait pas sur la liste. Au Moyen-Orient, seuls Israël et l’Irak ont ​​été invités. Les alliés arabes traditionnels des États-Unis – l’Égypte, l’Arabie saoudite, la Jordanie, le Qatar et les Émirats arabes unis – sont tous absents. Mais les États-Unis ont bien invité Taïwan, qu’ils ne reconnaissent pas comme un pays indépendant mais qu’ils présentent comme une démocratie modèle.

La Chine rechigne à toute utilisation du mot « Taïwan » qui confère un sens de légitimité internationale à l’île démocratique autonome, que Pékin revendique comme faisant partie de son territoire et s’est engagée à s’emparer un jour – par la force si nécessaire. La décision américaine ne manquera pas d’attiser davantage les tensions entre les deux superpuissances.

Gabriel Attal