(Crédit: Twitter)

De retour d’Iran, le chef de l’AIEA affirme qu’il n’a pas conclu d’accords

Le directeur général de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), Rafael Grossi, a déclaré qu’il « ne pouvait pas s’entendre » dans des pourparlers avec des responsables iraniens pour résoudre les différends sur le programme atomique du pays, un jour après son retour de Téhéran. « Nous n’avons pas pu nous mettre d’accord hier, malgré tous mes efforts », a t-il affirmé.

Grossi est rentré de Téhéran mardi après avoir rencontré le chef de l’Organisation iranienne de l’énergie atomique et le ministre iranien des Affaires étrangères alors qu’il cherchait à conclure un accord avec l’Iran pour réinstaller quatre des caméras de son agence dans un atelier de pièces de centrifugeuses qui a été apparemment victime d’un sabotage. Mais il a semblé revenir sans progrès, laissant une épine dans le pied des relations entre l’Iran et l’Occident quelques jours avant que les pourparlers indirects entre Téhéran et Washington sur la reprise de l’accord sur le nucléaire iranien de 2015 reprennent lundi. « Malgré tous mes efforts, ces négociations et délibérations approfondies pour résoudre les problèmes de garanties en suspens de l’Iran, détaillés dans les deux rapports, se sont avérées peu concluantes », a indiqué Grossi au Conseil des gouverneurs de 35 pays au début de sa réunion trimestrielle. Il faisait référence à des rapports récemment publiés par l’AIEA.

Gabriel Attal