La Radio Juive

Le trio des 3 islamikazes: Mostefai le leader, la chronique de Michel Zerbib

(Crédit: Twitter)

Le commissaire de la DGSI avait longuement poursuivi  son exposé sur la constitution du trio ayant attaqué le Bataclan le 13 novembre 2015. « On a essayé de comprendre pourquoi le trio du Bataclan est constitué. Pourquoi eux et pas d’autres ? » a donc questionné l’enquêteur.

« Le duo Amimour-Mostefai est établi dès leur arrivée sur zone. Le 6 septembre 2013, ils passent le poste frontière turc ensemble et ne se quitteront plus », nous apprend l’enquêteur. « C’est sans doute dans la ville de Shaddadi que Foued Mohamed-Aggad rencontre le duo Amimour-Mostefai. C’est le lieu potentiel d’une réunion où se sont préparés les attentats ». Le trio du Bataclan est dès lors formé. 

Foued Mohamed-Aggad, le troisième membre du trio, a adressé un message d’adieu à son frère Karim le 23 août 2015, a situé  l’enquêteur anonyme. Le trio rejoint dans la foulée l’Europe fin août 2015 en utilisant la route migratoire. Après un probable passage en Macédoine, le trio arrive en Hongrie, à Budapest, dans la nuit du 9 au 10 septembre. « Les connaissances religieuses et la capacité à parler arabe semblent avoir positionné Ismaël Mostefai en tant que chef de groupe, ce qu’il restera jusqu’à la fin. Il nous semble être le leader du trio du Bataclan », est convaincu l’enquêteur de la DGSI.

Par exemple sur place, Foued Mohamed-Aggad essaie de faire venir des jeunes filles sur la zone syro-irakienne. Tout d’abord son ex-petite amie puis une autre jeune fille qui va le rejoindre. Il dit qu’il s’entraîne, combat et nettoie des villes. En août 2014, il est nommé émir d’un groupe de 300 combattants et confie à sa mère que s’il rentre en France, «ce sera pour faire un sale truc». «Il a fait partie de groupes d’élite et opérationnels», affirme l’enquêtrice.

Aggad envoie notamment des photos – projetées à l’audience -, où on le voit en armes et avec le drapeau de l’Etat Islamique. Il envoie également un message à l’un de ses proches indiquant : « Bientôt, vous allez connaître l’invraisemblable. »

En janvier 2016, juste après les attentats, il apparaît dans une vidéo de propagande intitulée « Et tuez-les où que vous les rencontriez ». Foued Mohamed-Aggad y préconise de « tuer tous les mécréants où que vous soyez ». On le voit égorger une victime. Cette vidéo ne sera pas diffusée devant la cour . Cette vidéo a sans doute été tournée avant le départ du trio pour le Bataclan. Ces derniers moments sur zone sont ensuite évoqués. Le 24 août 2015, il dit au revoir à toute sa famille par des messages écrits et vocaux. Il ne donnera plus de nouvelles jusqu’au 13 novembre 2015 : ce jour-là, il rentre en contact avec sa mère à 13 reprises pour lui annoncer qu’il « va bientôt rencontrer Allah ».  « Sa famille a toujours été au courant de ses intentions : mourir en kamikaze ». Le soir de l’attaque, Foued Mohamed-Aggad essaiera également d’entrer en contact avec certains membres de l’Etat Islamique pour leur dire au revoir en utilisant l’iPhone d’un otage. 

La cour examine ce mardi avec l’audition de la police autrichienne le parcours de deux  autres terroristes et mercredi finalement a été reportée l’histoire des frères Clain, les tueurs Toulousains ,qui sont présumés morts. Présumés.

Michel Zerbib

LE 23-11-21 - 10:22