La Radio Juive

Ayelet Shaked: amener plus de pays dans les accords d’Abraham nécessitera des motivations américaines

(Crédit: ministère israélien de l'Intérieur)

La ministre israélienne de l’Intérieur, Ayelet Shaked, a déclaré mercredi que pour étendre les accords de normalisation d’Israël avec les pays arabes qui ont commencé en 2020, les États-Unis devront offrir leurs propres motivations aux pays candidats.

Et tandis que Jérusalem a dû renoncer à son projet d’annexer de grandes parties de la Judée-Samarie pour mettre en œuvre les accords, aucun autre geste israélien envers les Palestiniens ne sera nécessaire afin de s’appuyer sur les accords de normalisation existants, a fait valoir la numéro 2 su parti Yamina.

Ayelet Shaked a accordé une interview au Times of Israel à la fin de son voyage aux États-Unis, où elle a rencontré le secrétaire à la Sécurité intérieure Alejandro Mayorkas, l’ambassadeur des États-Unis en Israël Tom Nides, l’ambassadeur des Émirats arabes unis aux États-Unis Yousef al-Otaiba, aux membres du Congrès et à plusieurs grandes organisations juives. « Il y a beaucoup de potentiel, mais beaucoup dépend de l’influence de l’administration [Biden] », a-t-elle affirmé. « En fin de compte, ces pays font la paix, non seulement parce qu’ils ont intérêt à faire la paix avec Israël, mais aussi parce qu’ils ont un intérêt [vis-à-vis] des États-Unis. »

« Chacun des pays qui ont rejoint les accords d’Abraham a reçu quelque chose des Américains, donc si les Américains sont prêts à investir dans cela, je pense qu’il y a un potentiel important », a ajouté Shaked. L’administration Biden « sait que ce n’est pas la direction [qu’ils doivent suivre] », a-t-elle indiqué. « Oui, [l’abandon de l’annexion] a joué un rôle, mais cela ne veut pas dire que nous serons prêts à faire des concessions dans ce domaine. « En fin de compte, ces pays auront besoin [d’obtenir] des choses des Américains, pas de nous », a insisté Shaked.

Gabriel Attal

LE 19-11-21 - 12:38