Benyamin Netanyahou (Crédit: DR)

Procès Benyamin Netanyahou: à l’occasion du témoignage de Nir Hefetz, l’ex-Premier ministre s’est déplacé au Tribunal

En un an et demi, c’est seulement la troisième fois que Benyamin Netanyahou, jugé pour corruption se présente à une audience de son procès.

Il faut dire que Nir Hefetz est l’un de ses proches conseillers, mais qu’il est devenu témoin de l’accusation. Il doit être auditionné dans l’Affaire 4000, le dossier de corruption le plus grave impliquant le Premier ministre, mis en cause dans trois affaires distinctes. Benyamin Netanyahou est accusé de pots-de-vin, de fraude et d’abus de confiance dans l’Affaire 4000. Il clame toujours son innocence et affirme que tout a été fabriquées par la police et par le Parquet.

Hefetz a des milliers d’enregistrements de ses conversations avec le couple Netanyahu durant toutes les années où il avait été à son service, ce qui doit constituer des éléments de preuve déterminants dans cette affaire. Elle concerne un accord de corruption présumé entre l’ex-Premier ministre et Shaul Elovitch, actionnaire majoritaire de la firme Bezeq, qui était propriétaire du site d’information Walla. Netanyahou est ainsi accusé d’avoir abusé de son pouvoir lorsqu’il était à la fois Premier ministre et ministre des Communications, de 2014 à 2017.

Suite à de nouvelles révélations largement reprises dans les médias israéliens, l’équipe chargée de la défense de Netanyahou aurait demandé le report du témoignage de Hefetz d’une semaine afin d’avoir le temps de prendre connaissance de nouveaux éléments et de les examiner. Ce qui a été refusé. La défense devrait faire parvenir un courrier au procureur-général Avichai Mandelblit, demandant l’ouverture d’une enquête sur ces fuites.

Dimanche, Channel 12 a diffusé des enregistrements de conversations entre Hefetz et Netanyahou, son épouse et leur fils Yaïr. Ils montreraient la proximité des liens entre Hefetz et la famille Netanyahou, ainsi que l’obsession de cette dernière pour son image dans les médias. D’autres semblent montrer l’épouse du Premier ministre donnant pour instruction à Hefetz, alors à la tête de l’Administration d’information nationale, d’attaquer les opposants politiques de son mari.

La présentation des éléments de preuve a commencé au mois d’avril, mais jusqu’à présent, ce sont de hauts-responsables du site Walla qui ont pris la parole et présenté leur témoignage aux magistrats.

ES