(Crédit: DR)

Les Etats-Unis condamnent un tir de missile antisatellite par la Russie

Les États-Unis ont accusé lundi 15 novembre la Russie d’avoir mené un tir de missile antisatellite «dangereux et irresponsable», dans une démonstration de force ayant eu pour conséquence directe de menacer la sécurité des astronautes à bord de la Station spatiale internationale. Lundi, «la Russie a conduit de façon irresponsable un test destructeur de missile antisatellite à ascension directe à l’encontre de l’un de ses propres satellites», a déclaré le secrétaire d’Etat américain, Antony Blinken. Cet incident relance les craintes de voir l’espace se transformer en un champ de bataille entre les grandes puissances. «Ce test a jusqu’ici généré plus de 1500 débris orbitaux traçables, et va probablement générer des centaines de milliers de morceaux plus petits de débris orbitaux», a ajouté Antony Blinken dans un communiqué.

Lundi matin, les sept personnes actuellement à bord de l’ISS – quatre astronautes Américains, un Allemand et deux cosmonautes russes – avaient dû se réfugier dans leurs vaisseaux amarrés à la station afin de se préparer à une éventuelle évacuation d’urgence. Selon le média spécialisé Spaceflight Now, ils avaient tous regagné l’intérieur de l’ISS en milieu de journée lundi, mais de nombreuses écoutilles restaient fermées entre les différents modules par mesure de précaution.

Le patron de la Nasa s’est dit lundi «scandalisé» par le tir de missile mené par la Russie. «Il est impensable que la Russie mette en danger non seulement les astronautes américains et des partenaires internationaux dans l’ISS, mais aussi ses propres cosmonautes», a affirmé Bill Nelson dans un communiqué. «Je suis scandalisé par cette action irresponsable et déstabilisatrice.»

«Les débris créés par ce test dangereux et irresponsable menaceront désormais les satellites et autres objets spatiaux vitaux pour la sécurité, l’économie, et intérêts scientifiques d’autres nations pour les décennies à venir», a accusé Antony Blinken. Ce tir va également «significativement accroître le risque posé pour les astronautes et cosmonautes de la Station spatiale internationale», a-t-il souligné, promettant que les États-Unis allaient «travailler avec (leurs) alliés et partenaires pour chercher à répondre à cet acte irresponsable».

Gabriel Attal