(Crédit: DR)

Corinne Lepage sur Radio J à propos de la COP26: « Beaucoup d’engagements ambitieux sont pris mais les faits ne suivent pas »

Corinne Lepage, ancienne ministre de l’environnement et présidente du parti CAP21, était au micro d’Ilana Ferhadian ce mardi matin à 8h45 dans le Morning de Radio J. Elle est revenue sur les engagements des différents États lors de la COP26, conférence des  Nations-Unies sur le climat, qui se tient actuellement à Glasgow. 

L’ancienne ministre a notamment réagi aux failles d’organisation de l’événement. Selon plusieurs ONG, des milliers d’experts n’ont pas pu assister aux négociations, ils auraient  été recalés à l’entrée, victimes d’un long et complexe processus de contrôle sanitaire. Pas d’accès également pour les personnes à mobilité réduite, comme cela a pu être  démontré avec une ministre israélienne qui souhaitait se rendre à la conférence. Une  mauvaise organisation habituelle dénoncée par Corinne Lepage. « À chaque conférence  sur le climat il y a de sérieux problèmes d’organisations, les consultants et les experts sont la plupart du temps mal traités. Je ne suis pas étonnée des problèmes rencontrés  par certains cette année ». 

Plusieurs pays du Pacifique particulièrement impliqués dans les problématiques  environnementales n’ont pas pu assister à la COP26, un constat inquiétant pour la  présidente du parti CAP 21. « Certes les choses s’améliorent, beaucoup d’engagements  ambitieux sont pris par les pays mais les faits ne suivent pas. Le problème c’est que les  accords de Paris ne sont pas contraignants donc les pays les plus pollueurs ne peuvent  pas être sanctionnés, ce qui pose la question de la reconnaissance d’une véritable justice climatique comme cela se fait dans certains pays », a-t-elle affirmé.  

Enfin, elle est revenue sur le rôle essentiel de la Chine dans la lutte contre le  réchauffement climatique. En effet, le régime chinois apporte un soutien diplomatique et économique à certains États particulièrement pollueurs. « La Chine est tiraillée entre deux tendances  liée à sa stratégie de diplomatie économique. D’un côté le pays ouvre des centrales à  charbon, et de l’autre il développe considérablement son réseau d’énergies  renouvelables », a déclaré Corinne Lepage.

Alexandra Senigou