(Crédit: DR)

6 militants des droits palestiniens piratés par le logiciel espion Pegasus de NSO

Des chercheurs en sécurité ont révélé ce lundi que des logiciels espions (Pegasus) de la célèbre société israélienne de pirates informatiques NSO Group avaient été détectés sur les téléphones portables de six militants palestiniens des droits humains, pour moitié affiliés à des groupes qui, selon le ministre israélien de la Défense, étaient impliqués dans le terrorisme. La révélation marque le premier cas connu de militants palestiniens ciblés par le logiciel espion Pegasus de qualité militaire.

On ne sait pas qui a placé le logiciel espion NSO sur les téléphones des militants, a déclaré le chercheur qui l’a détecté le premier, Mohammed al-Maskati de l’organisation à but non lucratif Frontline Defenders Peu de temps après l’identification des deux premières intrusions à la mi-octobre, le ministre de la Défense Benny Gantz a affirmé que six groupes de la société civile palestinienne étaient des organisations terroristes. Frontline Defenders, basé en Irlande, et au moins deux des victimes indiquent qu’ils considèrent Israël comme le principal suspect et pensent que la désignation a peut-être été programmée pour tenter d’éclipser la découverte des piratages, bien qu’ils n’aient fourni aucune preuve pour étayer ces affirmations. Trois des Palestiniens piratés travaillent pour des groupes de la société civile. Les autres ne le font pas et souhaitent rester anonymes, dit Frontline Defenders.

Gabriel Attal