(Crédit: DR)

Eric Zemmour: « Le Grand Rabbin de France veut ramener mon scalp à Emmanuel Macron »

L’essayiste et candidat encore non déclaré à la Présidentielle 2022, Eric Zemmour était l’invité d‘i24 News mardi soir dans l’émission « Les Grandes Gueules Moyen-Orient ». Le journaliste et polémiste a répondu aux déclarations du Grand Rabbin de France, Haïm Korsia, la semaine dernière sur Télématin sur France 2 l’accusant d’être « antisémite certainement, raciste évidemment ». « Ma situation est particulière. Vous avez dit ce que disent le Grand Rabbin de France et le président du CRIF, je voudrais rappeler que quand je suis attaqué par les antifas, ils me traitent de sioniste et quand je suis à Drancy, on me traite de sale juif. Et par ailleurs, le Grand Rabbin estime que je ne suis pas vraiment juif mais que je suis raciste et antisémite. Je pense vraiment que quand les Français qui ne sont pas juif entendent cela ils sont pris entre l’incrédulité et l’hilarité, c’est grotesque. Maintenant j’essaye de comprendre pourquoi. Je me suis renseigné. En réalité, le Grand Rabbin, pour lequel j’avais le plus grand respect, je savais qu’il était plutôt un Français républicain, qu’il aimait la France, qu’il parlait de prières à la France, et je découvre qu’il n’est pas que cela. C’est aussi un homme, si on m’a bien expliqué, qui veut ramener mon scalp à Emmanuel Macron. C’est tout simplement un comportement de juif de cour », a déclaré Eric Zemmour.

L’essayiste a également été interrogé sur ses propos sur les lieux de sépulture des enfants Sandler, assassinés lors des attentats de Toulouse à l’école Ozar HaTorah le 19 mars 2012. « Je n’ai jamais voulu condamner, dénoncer ou insulter les Sandler, ce qui leur est arrivé est tragique. C’est évidemment terrible. Je comprends la douleur de ces gens, j’ai aussi des enfants. Je sais ce que ça peut être, en tout cas j’imagine. Simplement, je considère que tout événement doit être d’abord apprécié en fonction de l’émotion qu’il suscite mais aussi ensuite, on peut avoir le droit de réfléchir sur cet événement, quel qu’il soit. Et on peut essayer, je pense que c’est le propre de l’être humain, de raisonner, rationnaliser, sinon on est toujours que dans l’émotion, c’est très louable et très noble mais je pense qu’il y a un temps aussi pour la rationalité et la raison », a affirmé Eric Zemmour. Affirmant qu’il ne mettait pas « le terroriste et les victimes dans le même sac » et que l’accuser de cela était lui faire « un ignoble procès d’intention », Eric Zemmour a expliqué que ses propos visaient « à s’interroger sur ce que le fait d’enterrer ses proches hors de France disait de la défrancisation ».

Gabriel Attal