Crédit : unité du porte-parole de Tsahal

Le Hezbollah en ligne de mire

Hier une frappe attribuée à Israël a frappé un dépôt d’armes du groupe terroriste de la banlieue de Damas en Syrie.

Comme c’est souvent le cas, Tsahal n’a fait aucun commentaire. Mais ce qui est exceptionnel en revanche, c’est que cette opération a eu lieu en plein jour. Une frappe d’autant plus audacieuse que le contexte régional s’y prête.

Hier, le Koweit a expulsé son chargé d’affaire libanais, et rappelé son ambassadeur à Beyrouth. Bahrein a fait de même et d’autres pays de l’axe sunnites pourraient suivre. En cause, les déclarations du ministre libanais de l’Information contre l’intervention de la coalition militaire dirigée par Ryad au Yémen. D’autres pays de l’axe sunite pourrait suivre.

Israël a aussi lancé un exercice militaire, la simulation d’une guerre de grande ampleur contre le Hezbollah. Les manoeuvres vont durer 5 jours. Il s’agira de vérifier la coordination des services d’urgence. Israël considère le Hezbollah comme la seconde menace la plus importante après le nucléaire iranien.

ES