(Crédit: DR)

L’abattage rituel interdit en Grèce, les associations juives s’alarment

Le Conseil d’État hellénique, la plus haute juridiction grecque, a décidé mardi d’interdire les abattages rituels halal et casher , alarmant les groupes religieux juifs préoccupés par les atteintes aux libertés religieuses. La décision a vu le tribunal révoquer le permis d’abattage permanent, qui avait été accordé par une décision ministérielle qui exemptait les pratiques d’abattage rituel juifs et musulmans de l’obligation générale d’étourdir les animaux avant de les tuer. La décision a en outre appelé les législateurs grecs à trouver un moyen de répondre aux demandes des défenseurs des droits des animaux et aux besoins des juifs et des musulmans qui respectent les lois sur l’alimentation dans leurs traditions. « Le gouvernement devrait réglementer la question de l’abattage des animaux dans le cadre du culte de manière à assurer à la fois la protection des animaux contre tout inconvénient lors de l’abattage et la liberté religieuse des musulmans et des juifs religieux vivant en Grèce », selon le site d’information grec Protothema.

« Nous avons averti en Décembre sur les conséquences en aval que la Cour de justice européenne décision portait avec elle, et maintenant nous voyons le résultat », a déclaré au JTA le directeur général de l’Association européenne juive Rabbi Menachem Margolin. « La liberté de religion juive est directement attaquée. Elle a commencé en Belgique, s’est déplacée en Pologne et à Chypre, et maintenant c’est au tour de la Grèce », a-t-il averti. Des interdictions de l’abattage rituel ont été mises en œuvre dans plusieurs pays de la région, notamment la Suède, la Slovénie, l’Estonie, le Danemark et la Finlande. Les interdictions font partie d’une lutte à travers l’Europe entre les militants du bien-être animal et les représentants des communautés musulmanes et juives. La Cour européenne de justice a décidé en 2020 que tous les États membres devaient « concilier à la fois le bien-être des animaux et la liberté de religion ».

Gabriel Attal